NETTALI.COM – Pour qui connaît l’homme, rien venant de lui, ne devrait plus étonner. Connu pour ses revirements, certains en sont même arrivés à dire que lorsqu’il clignote à gauche, il va à droite. On se souvient aussi de son fameux “wax waxeet” (se dédire en français). Sacré Wade, il s’est récemment signalé lors de la campagne électorale en des termes belliqueux pour appeler à boycotter l’élection présidentielle et puis revirement, il plaidera pour un vote de certains candidats.

Voilà ce qu’il déclare à la permanence du Pds, le jeudi 8 février 2019 à son retour de Paris

«Il faut répondre aux coups  et ne pas fuir face aux grenades lacrymogènes. Vos cartes d’électeur, c’est de la fraude il faut les brûler et éviter de les utiliser.  Brûlez celles de vos familles. Si vous voulez qu’on reconstruise le Sénégal, respectez mes consignes (…) Les listes électorales qui se trouvent au niveau des bureaux de vote aussi, c’est de la fraude. A partir de samedi, rendez-vous dans les bureaux, où il y aura les bulletins de vote. Sortez ces bulletins brûlez les afin qu’on organise d’autres élections.»

Après un bref séjour à Conakry sur invitation du Président Alpha Condé. Wade fait un virage à 180°. Dans une déclaration à la presse datée du 21 février, le pape du sopi accepte la tenue du scrutin. Il appelle même à voter pour… trois candidats de l’opposition

“J’ai fait la concession, à la suite de la demande pressante de chefs religieux et de chefs d’états voisins, d’opposer une résistance, somme toute ferme mais pacifique, à ce qui apparaît comme une élection truquée dès le départ (…) Dans ces conditions, il va de soi que je ne voterai pas le 24 février 2019 et je demande aux militantes et militants de notre parti, aux sympathisants, de ne pas participer à ce simulacre d’élection. Je peux comprendre tous ceux qui parmi nous pensent qu’ils pourront défaire Macky SALL en soutenant un des candidats de l’opposition (Idrissa SECK, Ousmane SONKO ou Issa SALL), même si ce n’est pas la position du parti. Nous nous retrouverons après l’élection pour en faire le bilan et mieux armer notre parti.

Et à la fin, il repartira sans piper mot. Une attitude bien suspecte en tout cas !