NETTALI.COM – Le groupe de recherche Climate Action Tracker a estimé mardi que les engagements nationaux pris jusqu’ici à la COP26 de Glasgow afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 engendreraient un réchauffement de la planète d’environ 2,4°C d’ici la fin du siècle, bien supérieur à l’objectif fixé par les Nations unies pour 2100.

“Par conséquent, tous les gouvernements doivent reconsidérer leurs ambitions”, a affirmé le groupe.

Dans un “scénario optimiste” où certains pays réussiraient à atteindre les objectifs à plus long terme visant à faire cesser l’augmentation du niveau de gaz à effet de serre dans l’atmosphère d’ici 2050 ou plus tard, le réchauffement pourrait se limiter à 1,8°C au cours de ce siècle, a-t-il ajouté.

Cependant, le groupe de recherche questionne cette hypothèse, étant donné que la plupart des pays n’ont pas encore mis en oeuvre les politiques à court terme ou la législation nécessaire pour atteindre ces objectifs.

Dans tous les scénarios possibles, la limite de 1,5°C, que les scientifiques estiment nécessaire de respecter pour éviter les effets les plus dévastateurs du changement climatique, serait dépassée.

Pour rester en dessous de ce seuil, les émissions mondiales de gaz à effet de serre, principalement le dioxyde de carbone provenant de la combustion du charbon, du pétrole et du gaz, doivent diminuer de 45% par rapport aux niveaux de 2010 d’ici 2030 et atteindre la neutralité d’ici 2050, selon les scientifiques.

Greenpeace a qualifié d'”accablant” le constat dressé par Climate Action Tracker et exhorté les pays à accepter de mettre à jour leurs objectifs pour 2030 chaque année jusqu’à ce que l’écart entre leurs promesses et l’objectif de 1,5°C soit comblé.

Reuters