NETTALI.COM – Le Sénégal sera doté d’un système d’information géographique (SIG). Cela, pour une meilleure connaissance des inondations.

Pour une meilleure connaissance des inondations au Sénégal, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam, a annoncé, mardi, la mise en place d’un système d’information géographique (SIG).

‘’Aujourd’hui, nous allons vers l’élaboration d’une composante essentielle du programme décennal de gestion des inondations, à savoir la mise en place d’un système d’information géographique (SIG), pour une meilleure connaissance des risques, mettre en place un dispositif et anticiper’’, a-t-il informé, à l’ouverture de l’atelier de lancement de l’étude sur la mise en place d’un système d’information géographique appliqué à la cartographie des surfaces inondables et des risques d’inondations au Sénégal.

Ce projet confié à un groupement constitué de deux cabinets est financé par l’Agence française de développement (AFD, à hauteur de dix milliards de francs CFA, à travers notamment le fonds vert pour le climat. Le premier cabinet est spécialisé dans le SIG et l’autre dans la gestion des inondations. Ils ont été choisis à l’issue d’un appel d’offres qui a vu la compétition de 21 bureaux d’études, a rappelé le ministre.

Le Sénégal sera ainsi, au terme de ce travail prévu pour une durée initiale de 30 mois.  doté d’un ‘’modèle numérique de terrain sur le territoire national’’. Celui-ci ‘’va permettre d’identifier les bassins versants, les zones d’écoulement d’eau, les temps de submersion’’, renseigne encore le ministre.

Qui plus est, précise le ministre ce modèle numérique de terrain qui aura ‘’une précision de deux mètres à peu près’’, va être ‘’déployé et détaillé dans sept zones prioritaires.’’

‘’Une des zones prioritaires, ça va être le triangle Dakar-Thiès-Mbour. Et les six autres zones prioritaires seront définies à partir du premier modèle numérique de terrain’’, ajoute M.Thiam, non sans détailler : ‘’Nous allons avoir au niveau de ces sept zones prioritaires, ce qu’il y a de mieux à l’état de l’art : un modèle numérique de terrain à partir du lidar (radar), des précisions de dix centimètres sur le terrain pour pouvoir simuler des écoulements d’eau, des débordements de crues et les impacts sur l’environnement’’, a-t-il poursuivi.

Les données produites seront mises à la disposition des institutionnels, comme les autorités administratives, les autorités municipales, pour leur permettre d’avoir un outil décisionnel fiable.

‘’Mais, en même temps, il y aura un portail web mis à la disposition du grand public. Quelqu’un qui souhaite s’installer dans une zone, pourra interroger cette base de données et savoir quel est le comportement des inondations dans cette zone en cas de grosse pluie’’, renchérit Serigne Mbaye Thiam, déclarant que le système n’avait pas pour vocation principale de sortir les populations des inondations.

‘’On n’est pas ici dans les interventions pour sortir les populations des inondations. On est dans l’anticipation, l’alerte pour une meilleure connaissance du risque d’inondation, les zones qu’il faut éviter pour les établissements humains, les zones qu’il faut réserver à l’écoulement des eaux’’, conclut-il son propos.