NETTALI.COM-LA veuve de Serigne Mouhamadou Mansour Sy Djiamil et ses orphelins poursuivent l’ex employé du marabout. Ils l’accusent de tentative d’escroquerie et d’abus de confiance  portant sur un demi milliard de francs Cfa.

Ex employé du défunt Serigne Mouhamadou Mansour Sy Djiamil, le prévenu Seydou Nourou Mbengue a comparu, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour les délits de tentative d’escroquerie et abus de confiance portant sur la somme de plus de 570 millions de francs CFA. Des accusations portées contre lui par la veuve du défunt marabout et ses orphelins.

Ces derniers ont expliqué que le mis en cause était de 2012 à 2018, le patron de la société de transport de Serigne Mouhamadou Mansour Sy, (Sogetrans). Il gérait 80 véhicules neufs et devait reverser à “Sogetrans” la somme d’1 million 500 mille pour chaque camion parmi les 28.  Mais, à leur grande surprise, quand le marabout Serigne Mouhamadou Moustapha Sy est décédé, sa veuve et ses orphelins ont été assaillis par les créanciers qui réclamaient leur dû. Le mis en cause n’a payé qu’ à 4 créanciers. Il n’a versé que la somme de 50 millions sur 120 millions du reliquat à propos des camions En sus de ces manquements, Seydou Nourou Mbengue a refusé de restituer à la famille Sy les véhicules de l’entreprise. Pis, il a pris 2 véhicules de la société “Sogetrans” qu’il a immatriculés à sa guise et donnés en location.

Des accusations battues en brèche par le prévenu qui dit même être le sauveur de la société du défunt marabout qui avait déjà périclité. « J’ai quitté son entreprise en 2018 avant de créer ma propre société. C’est Serigne Moustapha Sy Djiamil qui m’a supplié et sollicité parce qu’il avait des difficultés pour la gestion de ses affaires. Sa société avait touché le fond et Serigne Moustapha Sy était cloîtré chez lui et il ne sortait plus. Il m’a dit qu’il n’avait plus d’argent à mettre dans cette affaire. Il y avait des foyers de tensions et il m’a demandé de lui permettre avec ma société d’apaiser sa boîte, ses fournisseurs etc. En 2012 quand je suis venu, il y avait un parc de 10 camions dans sa société. J’ai démarré en juin jusqu’en février et je lui remettais mensuellement 12 millions alors que j’ai dépensé plus de 200 millions pour réparer les 10 camions que j’avais trouvés sur place pour les mettre en marche. Auparavant j’ai augmenté le nombre de camions de 10 à 30 en 4 mois », a expliqué le prévenu.

Avocat de la veuve de Mouhamadou Moustapha Sy et ses enfants, Me El Hadji Malick Basse a fait savoir que le prévenu était le patron de la société mais c’est en 2018 lorsque celle-ci a eu des problèmes qu’il est parti pour aller créer sa propre entreprise. « Il a abandonné le navire et c’est un lâche. On a perdu 16 milliards de Sococim quand on a résilié le contrat qui le liait à Sogetrans », a dénoncé  Me Basse.

Le procureur  a requis l’application de la loi.

L’avocat de la défense a indiqué que leur partenariat a duré une année et  depuis que son client a pris les rênes de la société,  Sogetrans n’a mis aucun sous. A l’en croire, la société du marabout était au bord de la faillite et c’est en ce sens que son client a été appelé à la rescousse. « Il a relevé que le parc automobile était à 30 véhicules alors qu’il avait trouvé sur place 10 », a fait savoir la robe noire, plaidant ainsi le renvoi des fins des de la poursuite sans peine ni dépens. « Si la victime n’était pas dans des difficultés, j’en suis sûr qu’on n’allait pas en venir là. La société avait connu des difficultés et avait des problèmes pour fonctionner. C’est mon client qui l’a aider à se relevr. Ce sont les véhicules qu’il doit restituer et non de l’argent à propos de l’abus de confiance. À cela, il s’ ajoute que les véhicules ont été retournés », a plaidé Me Ibrahima Mbengue.

Le délibéré est prévu pour le 20 août prochain.