NETTALI.COM  – Bougane Gueye Dany n’a pas dû trop apprécier le commentaire de Birahim Seck sur l’affaire de redressement fiscal dont il fait l’objet. Et le patron du groupe D-Médias a tenu à recadrer le responsable du Forum civil. 

Birahim Seck, il n’y a pas d’amalgame dans ma déclaration“,  écrit d’emblée Bougane Gueye Dany suite un commentaire du patron du Forum civil sur sa sortie dénonçant le redressement fiscal dont il fait l’objet. Le patron du groupe D-Médias rappelle qu’il fait partie “des rares chefs d’entreprises au Sénégal en regle avec l’administration fiscale depuis 2003“. “C’est d’ailleurs la principale raison de mon indépendance parce que je ne gère aucune contingence“, souligne Bougane Gueye. Qui poursuit : “Avant de se prononcer sur une déclaration, il ne faut jamais se limiter aux extraits parus dans la presse surtout pour une personnalité de votre envergure. Désolé, loin de vous faire la leçon grand frère c’est juste une précision.” Et de préciser : “Pour votre gouverne, je sais bien faire la différence entre ma posture de chef d’entreprises et mon engagement citoyen.
Doyen, ce n’est pas cette tyrannie du patriotisme qui développera ce pays destructuré par les politiciens, mais plutôt la création d’emplois viables fruit d’une économie productive soutenue et protegée et cela Grand frère je m’y attele dans divers domaines depuis 18 ans sans privilège ni de coup de pouce.”

A en croire le président de D-Médias, son groupe a reçu un redressement il y a 15 jours de 2,4 milliards de francs.  “Et malgré tout, cette même administration m’a transmis ce 06 juillet des quitus fiscaux pour attester que ces mêmes entreprises sont en règle. Y’a t-il pas une contradiction ? C’est bien ce fait gravissime que je dénonce pour que Maky Sall arrete d’utiliser notre administration à des fins purement politiques“, dénonce Bougane Gueye Dany.

Pour rappel, Birahim Seck, commentant la sortie de Bougane Gueye Dany, l’a invité à faire la différence entre le chef d’entreprise et l’homme politique qu’il est. “Savoir faire la part des choses entre activités politiques assumées et activités d’affaires. Un impôt légal dûment constaté doit être payé. Il ne faut pas entretenir un amalgame mal venu“, avait écrit le patron du Forum civil. Dans un autre post, il enchaîne : “D’abord, pas d’amalgame à nouveau, le quitus fiscal n’a rien avec le redressement fiscal. Ensuite, un quitus fiscal constate la conformité de la situation d’ impôts déclarés. Enfin, après contrôle par l’administration fiscale, des dissimulations ou sous déclarations peuvent être décelées , d’où la mise sous redressement ou délivrance d’une attestation de nonredressement.”