NETTALI.COM – Le Président du groupeSedima, Babacar Ngom, et les populations de Ndengler ne sont que des victimes de l’Etat dans le litige foncier qui tient ce pays en haleine. C’est du moins l’avis de Guy Marius Sagna. Il était l’invité du “Grand Jury”  ce dimanche sur la Rfm.

Le litige opposant les populations de Ndingler au boss de la Sedima n’a pas encore connu son épilogue et la tension est toujours vive. Une préoccupation pour Guy Marius Sagna. “C’est extrêmement grave. Le Président Macky Sall ne prend pas des mesures aussi hardies que celles qu’il a prises par rapport au coronavirus. Il n’y a pas une commune ou un département dans ce pays qui n’a pas sa légion de spoliations foncières “, a d’emblée déclaré l’activiste.

De l’avis de Guy Marius Sagna, l’Etat du Sénégal et singulièrement le Président Macky Sall sont les seuls responsables de cette situation. A l’en croire, depuis 12 mois (le conflit foncier a commencé l’année dernière), l’Etat n’a pris aucune mesure pour éviter ce qui s’est passé cette année à Ndengler (affrontements entre paysans et agents de sécurité de Babacar Ngom). “Nous savions clairement qu’il y avait les germes d’une bataille. Rien n’a été fait. L’Etat néocolonial a été irresponsable“, a martelé l’activiste.

Evoquant le titre foncier que détient Babacar Ngom, Guy Marius Sagna pense que les populations de Ndengler sont des victimes, tout comme Babacar Ngom, patron du groupe Sedima.  “Toutes les deux parties sont des victimes de cet Etat irresponsable. Je le dis parce que tout simplement Babacar Ngom a fait une demande au Conseil de rural à l’époque. Et sur les 46 conseillers, les 45 ont approuvé. Il a déposé sa demande de bail et de titre foncier en bonne et due forme. Il n’y a rien dans ce que Babacar Ngom a fait qui soit illégal. S’il y a illégalité, c’est l’État“, a mentionné Guy.

S’agissant des populations qui y habitent depuis des décennies ou des siècles, M. Sagna estime qu’elles sont d’autant plus victimes que jamais l’Etat du Sénégal qui parle de terroir n’a délimité dans les différentes communes la zone des terroirs. Aussi appelle-t-il l’Etat du Sénégal à prendre un décret pour “délimiter ces 4 zones notamment la zone pionnière et la zone des terroirs“.

Pour mettre fin au conflit, Guy Marius Sagna a invité Babacar Ngom à ne pas regarder les habitants de Ndengler et de Djilakh comme ses ennemis. Et vice-versa. Car, selon lui, les deux parties ont un adversaire commun et un ennemi commun : “l’État néocolonial du Sénégal“.

Ainsi, en vue de trouver une issue heureuse, Guy Marius Sagna propose plusieurs mesures pour rectifier le tir. Il demande de voir comment, dans les meilleurs délais, les intérêts des deux parties peuvent être préservés. “Entre les deux parties, les populations sont les plus fragiles et les plus vulnérables. Je pense qu’il faut sauvegarder principalement les intérêts de ces paysans et voir comment dédommager ou donner d’autres terres à Babacar Ngom sans que cela ne pose des problèmes“, suggère-t-il. Mieux, l’activiste demande “un audit foncier pour voir ce qui a été donné. Et est-ce que cela a été fait dans les règles de l’art. Casser ce qui n’a pas respecté les règles et préserver les intérêts de tous les paysans“.