NETTALI.COM- Le problème de la surpopulation et des longues détentions provisoires demeure malgré les efforts consentis par l’Etat pour alléger la souffrance des détenus. Cette situation continue de préoccuper l’Association pour le soutien et la réinsertion sociale des détenus (Asred) qui a proposé des solutions.

Pour décongestionner les prisons et réduire les mauvaises conditions d’emprisonnement au profit des détenus, l’Association pour le soutien et la réinsertion sociale des détenus a dégagé des pistes de réflexion qui pourraient contribuer significativement à la résolution des problèmes rencontrés dans nos prisons. Ibrahima Sall, président de ladite association et ses camarades demandent l’élaboration d’un projet de loi qui limitera la détention provisoire à 3 ans et la construction de 5 prisons pour la réinsertion sociale uniquement. Également, ils sollicitent une amnistie partielle de 2500 détenus et la grâce pour 3000 détenus dont 500 femmes et exigent l’application du décret 2001-362 du 04 juin 2001 dans toute sa rigueur.

En outre, l’ASRED propose la construction de 5 maisons d’accueil, d’orientation et de suivi pour des détenus préparés par la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP). L’organisation est pour la libération des détenus dont les dossiers sont perdus dans les tiroirs des tribunaux et les déficients mentaux. En sus, elle propose l’installation de caméras de surveillance dans toutes les prisons pour éviter les maltraitances ainsi que la subvention des denrées de première nécessité vendues dans les prisons.