NETTALI.COM- AfricTivistes a lancé le programme Local Open GovLab (LOG), un laboratoire d’innovation et de participation citoyenne, pour contribuer à la création de collectivités locales modèles en matière de gouvernance locale ouverte.

Il s’agit, selon lui, d’un projet qui vise à appuyer, outiller, former et accompagner les administrations locales à intégrer le numérique pour une politique de transparence budgétaire, une politique de gouvernance ouverte et d’administration inclusive, l’accès à l’information, et la cocréation avec des dynamiques citoyennes.

Le Président de AfricTivistes, Cheikh Fall, indique que l’objectif principal de ce programme est de contribuer à la création de collectivités modèles en matière de gouvernance locale ouverte en commençant par quatre pays en Afrique de l’Ouest. Lesquels sont le Sénégal, la République de Guinée, la Guinée Bissau et le Niger. Il a également pour objectif de favoriser l’innovation, la co-construction, la participation citoyenne. Enfin, il vise à promouvoir la transparence et la redevabilité de ces collectivités locales à travers l’ouverture des données publiques. « Les maires des différentes collectivités locales retenues seront invités à prendre part à l’atelier de lancement qui sera organisé à Dakar, au Sénégal. Les conventions de partenariat entre AfricTivistes et les mairies sélectionnées seront signées à cette occasion. A terme, huit collectivités locales sont retenues, notamment 2 par pays, suivant des critères d’éligibilité », dit-il.

Avant d’ajouter : « La collectivité locale dont la candidature est acceptée accueillera un Volontaire AfricTivistes pour la Gouvernance Locale Ouverte (VAGOA). Celui-ci va se charger d’accompagner la collectivité dans un domaine spécifique en tenant compte de ses besoins prioritaires. Ceci se fera en collaboration avec l’administration locale pour l’atteinte des objectifs fixés .

Par ailleurs, AfricTivistes enclenche un processus qui devra être porté dans sa mise en œuvre par les populations locales dans leur diversité quels que soient leur âge et leur sexe. « Si de jeunes africains grandissent dans un environnement de gouvernance locale ouverte, à leur maturité citoyenne, ils auront une relation différente avec l’administration publique et avec la démocratie », a souligné M. Fall.