NETTALI.COM-« La campagne de levée de fonds du Parti Pastef est tout simplement une opération nébuleuse et douteuse ». C’est l’avis de Moïse Sarr, secrétaire d’Etat chargé des Sénégalais de l’extérieur.

Moïse Sarr est en phase avec le ministre de l’Intérieur qui a fait un communiqué pour menacer de dissoudre le Pastef. Antoine Félix Diome avait évoqué la loi du 6 mai 1981 pour rappeler que les partis politiques ne peuvent bénéficier d’autres ressources que celles provenant des cotisations dons et legs de leurs adhérents et sympathisants nationaux et des bénéfices réalisés à l’occasion de manifestations. Selon la même loi évoquée par le ministre de l’Intérieur, tout parti politique qui reçoit des subsides de l’étranger ou d’étranger établis au Sénégal s’expose à la dissolution, conformément à l’article 4 alinéa 2 de la loi de 1981.

Devant le Jury du dimanche, le secrétaire d’Etat chargé des Sénégalais de l’extérieur a soutenu que le ministre de l’Intérieur est dans son droit et il a bien fait de rappeler la loi. « Aujourd’hui, je pense qu’on ne devrait même pas aller chercher de l’argent dans le contexte actuel. Il fait saigner cette diaspora qui a beaucoup souffert dans le cadre de cette pandémie », a-t-il fait remarquer , ajoutant que l’esprit de cette loi c’est pour protéger la démocratie.

Poursuivant, Moise Sarr dit avoir des doutes sur les montants qui ont été rassemblés par le parti Pastef. Ce qui lui fait dire : « je pense que cette opération est nébuleuse et douteuse. Nous devons poser le débat sur le financement des partis. Respectons scrupuleusement ce qui est dans nos textes ! ».