NETTALI.COM – Ce jeudi 12 novembre 2020, l’Imam Ousmane Guéladio Ka, Président du Mouvement Al Falah, doit comparaitre devant le tribunal de d’instance de Dakar pour insulte commise par le biais d’un système informatique contre la communauté chrétienne. Ses soutiens qualifient d’ « abusive » cette plainte initiée par une association chrétienne.

C’est le collectif « veilleurs chrétiens sénégalais » qui a porté plainte contre l’imam Ousmane Guéladio Kâ devant le procureur. Ce, après qu’il avait, lors de la 22ème Conférence annuelle de Gorée attiré l’attention des Musulmans qui constituent 95% du peuple sénégalais sur la non prise en charge des interdits de l’Islam dans les lois et règlements du pays. Il avait notamment cité l’alcool, l’adultère et l’homosexualité.

Mais, un mois après cette conférence, ledit collectif avait saisi la justice pour dénoncer les propos de l’imam. Lequel a été auditionné le 25 juin 2019, par la Police. Face aux éléments enquêteurs, il a été formel. Il soutenait que ses déclarations n’étaient nullement destinées aux chrétiens mais s’adressaient à ses propres coreligionnaires.

Initialement prévu le jeudi 24 septembre 2020, le procès a été renvoyé au jeudi 12 novembre 2020 au Tribunal de Grande instance de Dakar. A cet effet, le Comité de suivi et de soutien à l’Imam Ousmane Guéladio Ka tient à rappeler que l’imam n’a offensé personne et aucune communauté. « La fonction d’imam constitue une éminente institution dans l’Islam. Il a, comme sa mission le lui recommande, exhorté les Musulmans à prendre conscience de leurs responsabilités de vivre en conformité avec leur foi en dénonçant le blâmable et en recommandant le bien », lit-on dans le communiqué. Qui ajoute : « Il est curieux donc que des personnes aucunement visées puissent se sentir offensées ou insultées jusqu’à traîner un imam, reconnu pour sa sagesse et son esprit pacifique, devant la Justice ».

De même, le comité dit apporter son soutien total à l’Imam et dénonce cette plainte abusive qui constitue une dérive et une menace sur la coexistence pacifique au Sénégal entre les communautés musulmane et chrétienne. Le Comité demande par conséquent à ses auteurs de s’amender en présentant leurs excuses à l’Imam Ousmane Guéladio Ka « dont l’honorabilité a été injustement attaquée ».