NETTALI.COM- Invité de l’émission « Jury du dimanche », ce dimanche 5 juillet, Thierno Alassane Sall a dénoncé la gestion du foncier au Sénégal.  Même si le décret relatif à l’honorariat a été retiré, Thierno Alassane Sall est convaincu que le président de la République trouvera d’autres moyens d’octroyer des avantages aux concernés.    

Selon le leader de la République des valeurs, parmi les risques majeurs identifiés pour le 21e siècle notamment pour les pays africains, il y a les terres arables et les risques d’accaparement par les puissances étrangères.

Pour ce qui est du Sénégal, Thierno Alassane Sall a soutenu que « ce qui est regrettable sur le foncier, il n’y a pas de plan d’aménagement national du territoire. Il y a plutôt un plan de saccage national du territoire ». Selon son analyse, c’est le même modus operandi qui nous a privés de la Foire, de l’aéroport et des terres qu’on donne à des privés avec des titres fonciers sans justification. « C’est le cas de Ndengueler où il y a eu la délibération du président du Conseil rural de Sindian qui a affecté 80 hectares des terres. Avant même qu’il y ait une exploitation qui puisse justifier autre chose, on voit le monsieur exhiber un titre foncier sur des terres sur lesquelles des cultivateurs sont en train de cultiver », dénonce Thierno Alassane Sall.

Il estime que « la loi doit interdire qu’on puisse donner à quelqu’un, des titres fonciers sur 400 hectares sans qu’il ait une transformation quelconque ». « Il n’y a aucune raison fondamentale de donner un titre foncier », martèle-t-il.

Par ailleurs, il a dénoncé l’accaparement des terres à Thiès. « Tous les maires sont responsables. Même les espaces verts sont en train d’être pris », déplore-t-il tout en affirmant n’avoir jamais profité d’une seule  parcelle de terre depuis 2007. « Je n’ai aucune parcelle de terre nulle part au Sénégal », affirme l’ancien cadre de l’Apr.

honorariat : “ils trouveront les moyens de donner la compensation qu’ils trouvent juste à celle pour ils la destinaient ” .    

Un salaire de 4,5 millions F Cfa, 500 litres de carburant avec un véhicule de fonction. Ce sont entre autres les avantages qui devraient être accordés aux présidents honoraires du Hcct. Mais, suite à la polémique née de l’authenticité des décrets sur l’honorariat, le gouvernement à du renoncer à cette idée. Pour autant, cela ne rassure guère Thierno Alassane Sall.

L’ancien ministre est certain que le gouvernement n’a pas renoncé à accorder ces avantages. « De toute façon moi je connais comment fonctionne le régime. C’est pourquoi certains sont très portés à aller crier sur les médias pour obtenir des avantages. C’est un régime de partage du maigre gâteau sénégalais. D’une manière ou d’une autre, ils trouveront les moyens de donner la compensation qu’ils trouvent juste à celle pour ils la destinaient », regrette-t-il.

Il reste persuadé que la même chose va se passer avec le foncier. « Le décret a été retiré mais, ils trouveront des mécanismes pour régler leur problème, régler leurs soucis de fin du mois », dit M. Sall.

Et d’ajouter pour le dénoncer : « Vous voyez que pendant cette pandémie on nomme des Présidents de conseil d’administration qui ont des salaires de 7 millions F Cfa alors les conseils d’administration qui travaillent les plus fréquemment se réunissent une fois par trois mois. Le Pca peut aller dormir à Boki Diawé ou à Salémata ou à Thiès ou aux Parcelles assainies et venir une fois par trois mois signer, comme on le verra sur certains contrats, certaines choses dont il ne comprend rien et empocher 7 millions. Pendant ce temps, la plupart de nos hôpitaux, au moins 30 à 40% du personnel ce sont des vacataires qui sont payés au lance-pierre quand les recettes des différentes prestations auraient été rassemblées. Ils n’avancent pas et n’ont pas de congé. Des médecins sont très mal payés dans ce pays. Des professeurs de médecine qui brisent leur vie et vous avez des castes de mandaras qui dorment et qui gagnent de l’argent ».