NETTALI.COM – C’est une affaire qui tombe bien mal pour Cheikh Yérim Seck. Le journaliste retourne ce matin à la gendarmerie, pour cette fois-ci répondre à la convocation de la Section de recherches. Il aurait engrossé une fille mineure, avant de l’inciter à avorter. 

S’agit-il d’un règlement de comptes ou d’une présumée affaire d’avortement ? En tout cas, Cheikh Yérim Seck, à peine inculpé et placé sous contrôle judiciaire pour diffusion de fausses nouvelles….par le Doyen des juges, Samba Sall, va devoir retourner chez les gendarmes, ce lundi matin, suite à une convocation. Mais cette fois ci, c’est pour une affaire de moeurs à la Section de recherches de Colobane. D’après nos sources, le journaliste serait lié à une sombre histoire d’avortement. Il aurait, nous apprend-on, engrossé, une fille mineure, avant de l’inciter à l’avortement. En fin de semaine dernière, il était question, dans cette même affaire, de viol suivi de grossesse. Mais, rien pour l’instant, ne permet d’étayer cela.

Dans ce qui s’apparente à une nouvelle affaire de moeurs, les gendarmes ont agi avec beaucoup de promptitude. En effet, lorsqu’ils ont eu vent de l’affaire , ils ont vite remonté la pente qui les a menés à la fille et à son supposé avorteur. Nos sources de nous informer que trois interpellations ont déjà eu lieu.

Le premier est l’infirmier qui aurait pratiqué l’acte répréhensible. Celui-ci est  présenté comme un individu bien connu des fichiers de la gendarmerie, puisque nous apprennent également nos sources, il est récidiviste. Quant à la fille engrossée, elle a aussi été interpellée, à son domicile. De même qu’une fille qui, dit-on, aurait servi de lien entre l’infirmier et la mineure. L’on nous apprend également qu’une proche du journaliste a été entendue. Cette dernière, soulignent les mêmes sources, aurait révélé avoir agi pour le compte et sur directive de Cheikh Yérim Seck. Elle aurait remis les 200 000 F CFA qui ont servi à l’avortement.

Une affaire qui tombe en tout cas bien mal pour Cheikh Yérim qui sort à peine d’une confrontation avec les gendarmes, dans l’affaire batiplus dana laquelle la gendarmerie a senti son honneur bafoué. “Je vais vous faire une révélation : la gendarmerie a saisi chez eux 4 milliards. Ils ont utilisé leurs contacts pour récupérer une partie de l’argent. Donc, ils n’ont pu tout récupérer et le reste, ce sont ces 650 millions annoncés.“, avait déclaré le journaliste sur le plateau de 7 TV face à Maïmouna Ndour Faye.