NETTALI. COM- Décédé jeudi 28 novembre dernier des suites d’une crise cardiaque, le commissaire Alain Hunlede sera enterré ce lundi. Sa disparition tragique attriste certains de ses camarades de promo et collègues, tous révulsés par les situations difficiles qu’il a vécues pendant sa courte carrière.

La disparition tragique du commissaire adjoint de Jaxay, Alain Hunlede, survenue le jeudi 28 novembre dernier, a plongé certaines sphères de la police dans la tristesse et la consternation. Certains de ses collègues et camarades de promo n’en reviennent toujours pas, d’ailleurs.

“Je ne parviens toujours pas à croire qu’Alain est décédé. C’est comme si j’étais dans un rêve’’, confie, d’une voix morte, un haut cadre de la police nationale. Le commissaire Hunlede s’est, en effet, effondré devant son salon, dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 novembre, après avoir dîné comme d’habitude dans le restaurant où il mangeait habituellement.

Victime d’un malaise, il a beaucoup vomi, avant de s’effondrer juste à l’entrée de son salon, pendant qu’il essayait d’entrer à l’intérieur. Privé d’assistance, il a succombé. D’ailleurs, l’autopsie effectuée à l’hôpital Aristide Le Dantec révèle une mort naturelle par crise cardiaque.

Orphelin à 2 ans

Si ses camarades de promo acceptent cette thèse, ils soutiennent néanmoins qu’il aurait pu être sauvé, s’il n’avait pas été privé de son logement de fonction et complètement isolé. “C’est une bonne volonté qui lui avait prêté un logement’’, ont-ils soutenu. D’ailleurs, ils se demandent comment se fait-il qu’on n’ait pas pris de ses nouvelles de toute la matinée et tout l’après-midi, jusqu’à l’heure où son corps a été retrouvé ?

D’après les témoignages recueillis par “EnQuête, ses collègues n’ont été informés de son décès qu’aux environs de 17 h. Ils ont été mis au courant du drame par un Asp en poste, informé par la femme de ménage de la victime qui a fait la découverte macabre.

Ils se sont déplacés sur place avec une infirmière qui a constaté son décès. Ils ont fait le constat d’usage en présence du commissaire chef de poste, du procureur et du commissaire central de Rufisque. Le corps a été, par la suite, transféré à l’hôpital Le Dantec pour autopsie, afin de déterminer les causes du décès. Ladite autopsie a, d’ailleurs, conclu, vendredi dernier, à une mort naturelle suite à une crise cardiaque.

La vie du commissaire Alain Hunlede n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Né en 1981 à Louga, il a perdu très tôt son père, à l’âge de 2 ans. Il s’est fait presque tout seul, loin de sa maman et de ses demi-frères qui vivent à Londres, en Angleterre.

Enseignant tuteur à la faculté de Droit de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, il est privatiste de formation. Il excellait dans les matières de droit privé, notamment en droit des obligations. Il réussit le concours de police et intègre l’Ecole nationale de police le 19 mai 2017. Il sort en 2018 et est aussitôt affecté à Jaxaay comme commissaire-adjoint. Durant sa courte carrière, il n’a jamais pu bénéficier des avantages de son poste jusqu’à ce que la mort l’emporte brutalement.