NETTALI. COM – En août dernier, le directeur général de la Sde promettait de saisir les juridictions  internationales si la Cour suprême venait à trancher en faveur de Suez. Abdoul Baal va passer à l’acte, après que son concurrent a définitivement gagné la bataille, du point de vue du droit sénégalais.

Saisie par la Sénégalaise des eaux (Sde) d’un référé pour contester l’attribution provisoire du contrat d’affermage de l’hydraulique urbaine par l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) à Suez,  la Chambre administrative de la Cour suprême a définitivement tranché. En clair, la Sde est déboutée.

Toutefois, selon le quotidien Les Echos qui donne l’information dans son édition de ce samedi, la bataille est loin d’être terminée car la Sde n’exclut pas d’engager d’autres recours au plan.

Pour rappel, lors de son passage à l’image « Jury du Dimanche », sur les ondes de radio le 26 aout dernier, le directeur général de la Sénégalaise des eaux avait promis de saisir les juridictions internationales s’il venait être déboutée par la Cour suprême.

«La SDE attend avec sérénité sa décision. Nous ne doutons pas que le droit va être dit. Nous y croyons fermement, nous sommes convaincus que cette adjudication reviendra à la SDE », prenait date Abdoul Baal. Promettant d’aller jusqu’au bout, il déclare : « Si nous perdons, nous continuerons à nous appuyer sur les éléments de droit toujours. Je pense que d’autres éléments de recours existent mais aujourd’hui, au moment où je vous parle, nous avons absolument confiance en notre Cour suprême. Et nous estimons sur la base des éléments de ce dossier que le droit va être respecté. Nous sommes prêts à aller au niveau des juridictions internationales si nous évaluons à la fin et si cela est nécessaire, nous le ferons »