NETTALI.COM – Quelques jours après avoir hérité des rênes de la SONACOS, Modou Fada mise sur sur la mévente d’huile de l’entreprise estimée à 12 milliards de F CFa pour honorer les dettes. L’ancien ministre de la Santé, sur un autre registre, n’exclut pas une nouvelle privatisation de la boite qu’il dirige. 

Le nouveau directeur général de la SONACOS effectuait ce jeudi une visite à l’usine d’assemblage et de raffinage à Bel air. Interrogé par l’Agence de presse sénégalaise sur une éventuelle privatisation de la boîte, Modou Diagne Fada a soutenu que toutes les possibilités seront étudiées.

Cette sortie du directeur général conforte nettali.com qui avait intégré la perspective d’une nouvelle privatisation de la boite  le 27 avril passé.

« Dans la quatrième revue de l’accord au titre de l’Instrument de soutien à la politique économique, l’Etat s’était engagé, auprès de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, à prendre toutes les mesures nécessaires pour une privatisation, en 2018, de la Sonacos. Cela, après que la vente d’une partie de la réserve foncière de l’entreprise a échouée et que le montant de 65 milliards F Cfa que Locafrique était disposée à libérer n’a pas été décaissé, à cause du veto du gouvernement. À quelques jours du démarrage de la campagne 2017-2018 de commercialisation de l’arachide, la Sonacos cherchait à lever environ 50 milliards de F Cfa pour financer la collecte des graines oléagineuses et faire tourner ses cinq unités industrielles », rappelions-nous.

L’ex-ministre de la Santé, sous Abdoulaye Wade, s’est aussi prononcé ce jeudi sur la mévente d’huile estimée à 12 milliards de F CFa. « Nous lançons un appel patriotique à la population du Sénégal pour qu’elle vienne acheter ces importants stocks d’huile dont la valeur est évaluée à quelque 12 milliards de FCFA, compte non tenu également des huiles brutes », a exhorté le nouveau directeur général de la SONACOS.

Selon M. Diagne, cité par l’Agence de presse sénégalaise, « la SONACOS a besoin de cet argent en souffrance dans ces stocks pour pouvoir honorer ses dettes mais également soutenir son plan d’investissement ».