NETTALI.COM-Il y a de ces pirouettes spectaculaires dont seule la politique a le secret. La mort de Ousmane Tanor Dieng a refroidi  l’ardeur du chargé des élections du Ps, qui était crayonné chef de file de faucons, qui voulaient la peau de Khalifa Sall.

« Tous les militants et responsables socialistes souhaitent qu’il soit libéré, on n’a pas souhaité qu’il aille en prison. Je suis persuadé que chacun d’entre nous dans le secret de ses prières a prié pour qu’il soit libéré parce que, nous avons partagé beaucoup de choses avec lui. C’est un camarade qui était là avec nous avec qui nous avons partagé des joies et des peines… ».

L’auteur de ces paroles, débitées sous le mode du revirement, est Serigne Mbaye Thiam, que vous avez entendu, hier, sur les ondes d’une radio de la place, militer pour qu’une grâce présidentielle soit accordée à Khalifa Sall. On a l’impression que le passage des braises de l’Education nationale à l’Hydraulique l’a amené à mettre de l’eau dans son v…

Le vin est tiré, il faut le boire. Même si un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès,  la rigueur de la loi ne saurait s’accommoder de calculs d’épicier politiciens, comme ce fut malheureusement le cas avec le dossier Ndiaga Diouf. Barthélemy Dias, libéré pour être député, son dossier a été réactivé dès qu’il a décidé de ne pas respecter la ligne officielle du parti, au sujet de la « candidature unique » dans Benno Bokk Yakaar.

Serigne Mbaye Thiam, qui quémande, aujourd’hui, auprès de Macky, une grâce présidentielle en faveur de Khalifa Sall, enfonçait l’ex-maire de Dakar en ces termes : « Je crois que tout le monde est d’accord que les droits de chacun ont été respectés. Chacun a donné ses arguments. Donc, il faut attendre que la procédure se termine. En ce moment, ceux qui sont chargés de dire le droit, qui connaissent le dossier, vont donner leur verdict. Les gens doivent savoir raison garder. Je pense que dans un pays de droit, il faut s’en tenir à ça. Je ne suis pas là pour dire que tel a raison ou a tort ». Il parlait ainsi le samedi 17 février 2018, en marge de la réunion de l’assemblée générale des secrétaires généraux de coordination et des présidentes de mouvements des femmes du Parti socialiste.

Apôtre nouveau des retrouvailles de la famille socialiste, se proposant de donner, à cet effet, corps à une dernière volonté affichée de Tanor à la veille de sa mort, pourtant, l’exclusion de Khalifa Sall était défendue par Thiam, le matheux.  « La politique, théorisait-il, c’est de l’addition, pas de la soustraction. En mathématiques, quand vous prenez 5-2=3. Mais si ce que vous enlevez était négatif pour vous, ça devient positif. Si vous prenez 5-(-2), si le moins deux est un nombre relatif, ça devient positif. Ce qui signifie 5+2= 7, ça nous renforce. C’est ce que nous avons fait », notait l’alors ministre de l’Éducation ».

Circulez ! Ce n’est pas le vent qui tourne, c’est la girouette !