NETTALI.COM – A la suite des révélations de la Bbc sur PETROTIM,Alioune Tine plaide pour la mise en place d’une commission d’enquête indépendante. Pour le directeur d’Amnesty international pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, cette affaire doit être nécessairement tirée au clair, sans quoi le risque d’effritement de l’Etat est réel. Il est même d’avis qu’avec cette commission d’enquête indépendante, les présidents Abdoulaye Wade et Macky Sall pourront être entendus. Il l’a fait savoir ce dimanche au cours de l’émission Objection de Sud fm.

« Il y a des signes qui montrent que l’Etat est fragile », a constaté d’emblée Alioune Tine. Pourquoi ? «  Vous savez, nous avons un pouvoir présidentiel, théoriquement très fort, un pouvoir solitaire et c’est ça qui en fait un pouvoir vulnérable. Quand le pouvoir est mal encadré, ça crée sa propre vulnérabilité. Et la vulnérabilité de l’Etat du pouvoir suprême, c’est la vulnérabilité de l’Etat », explique le fondateur d’AfricaJom Center.

« La manière dont on protège la sécurité personnelle du président de la République, c’est comme ça qu’on devrait, sur le plan administratif, sur le plan économique, protéger également la sécurité de l’Etat. Ce sont des cohérences. Même sur le plan démocratique, il y a problème », analyse-t-il. A l’en croire, le mouvement Aar Li Nu Bokk qui veut faire une manifestation est dans son droit le plus absolu car il souhaite manifester un droit constitutionnel.

«  Il y a très peu d’Etats en Afrique qui sont capables de mener le jeu jusqu’à la fin. Ce qu’on peut faire, ce que j’ai proposé, c’est une commission d’enquête indépendante qui est composée de gens qui ont de l’expertise. Par exemple : l’Inspection générale d’Etat, des journalistes d’investigation, des experts, des ingénieurs  des mines, spécialistes dans le domaine du pétrole, des juges, des avocats, la société civile. Et on donne carte blanche et tous les moyens pour pouvoir faire des investigations, faire des recommandations et les mettre sur la table. A partir de ce moment, on examine ce que peut supporter notre Etat, on l’applique et on tire les leçons et on avance. Car ça permet de mettre à plat et ce n’est pas une judiciarisation directe », préconise l’invité de l’émission Objection.

Poursuivant son argumentaire, le directeur d’Amnesty international pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre soutient que l’affaire Petro-Tim risque de ternir l’image de Macky Sall et celui du Sénégal.

« Même un proche du pouvoir  a apprécié cette proposition. Il m’a dit qu’une commission comme ça peut entendre le président Macky Sall, le président Wade et toutes les personnes pour faire un bon travail et le mettre sur la table et examiner ce qui est faisable. Vous savez cette affaire, si on ne fait pas attention, peut cramer le mandat de Macky Sall. Et ce n’est pas bon pour la République, ce n’est bon pour Macky Sall que ce mandat soit cramé avec les décisions historiques qu’on devait prendre. Aujourd’hui, il faut énormément de courage pour le président de la République pour regarder les choses en face », conclut Alioune Tine.