NETTALI.COM – Aphone depuis qu’il a quitté le ministère de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye opère son retour médiatique sur Tfm, à l’émission « Face2Face » et se prononce sur les questions brûlantes, entre dits, non-dits et sous-entendus.

A la question de savoir comment il interprète le fait qu’on l’ait remercié en même temps que Amadou Ba, Oumar Youm, Boun Abdallah Dionne…, qu’on soupçonnait de nourrir une ambition présidentielle, Aly Ngouille Ndiaye parle de « rumeurs » et explique qu’ »il n’y a pas de problème à ce niveau ».

Invité de l’émission « Face2face » sur la Tfm, l’ancien ministre n’a pas échappé aux questions sur les ambitions présidentielles qu’on lui prête. Aly Ngouille Ndiaye précise, un brin laconique :  » Ce n’est pas encore dans mes projets même si je ne m’interdis aucune ambition. Si un politicien dit qu’il n’a pas d’ambition, personne ne vas le croire. »

Comme pour démentir l’existence de nuages entre le chef de l’Etat et lui, Aly Ngouille Ndiaye révèle qu’il a rencontré le Président Macky Sall à la veille de la confection des listes pour les locales de 2022. Il souligne également qu’il entretient de bons rapports avec son successeur à la tête du ministère de l’Intérieur, Antoine Félix Diome.

L’ancien ministre de l’Intérieur a été également interrogé, à l’émission diffusée ce dimanche, sur son assaut d’amabilités avec Bougane Gueye Dani, qui était récemment de passage à Linguère, pour y rencontrer ses militants. Un fait qui a été diversement interprété. Pour d’aucuns, le maire de Linguère, à travers ce geste, a posé un acte de défiance comme pour se rapprocher de l’opposition, alors qu’il est en pleine traversée  du désert. Ce que dément l’ancien premier flic du pays. « Pour moi, la politique est une affaire de gentlemen. Déjà, quand j’étais ministre de l’Intérieur, j’étais parfois en contact avec plusieurs leaders de l’opposition. Au lendemain de la présidentielle de 2019, j’ai rendu visite à Grand Idrissa Seck et l’on a échangé autour du thé, dans son ranch. Il était pourtant l’opposant numéro un au Président Macky Sall et le Président Macky Sall n’était même pas au courant. J’ai les mêmes rapports avec Malick Gakou, qui était mon aîné au lycée Limamoulaye de Guédiawaye. C’est le cas avec Oumar Sarr, on a ses rapports et on discutait tout temps », confie M. Ndiaye. Qui mentionne : « Quand il est venu à Linguère, son cortège est passé derrière mon domicile. Je suis parti seul pour l’accueillir et lui souhaiter la bienvenue, comme je suis le maire de Linguère. C’est mon petit-frère et il doit sillonner le pays pour exprimer son ambition tout comme je peux démocratiquement m’opposer à lui. »

Sur un autre registre, le maire de Linguère souscrit à la restauration de la Primature. « La vérité est que la plupart des Sénégalais souhaitaient le retour du poste de Premier ministre », croit-il savoir.

Sur le dauphinat, il pense que ce n’est pas à mettre en lien avec la restauration du poste de Premier ministre. « Quand Macky Sall était élu président, il n’était pas dauphin du Président Abdoulaye Wade. Il était même hors du gouvernement. Ce sont les Sénégalais qui élisent », soutient-il.

En outre, Aly Ngouille démonte les arguments de ceux qui pensent que ces locales constituent « le premier tour » de la présidentielle de 2024. « Ce que Mahmouth Saleh dit n’engage que lui. Ce sont des élections locales, qui n’ont aucun lien avec la présidentielle », conclut l’ex-patron de la Place Washington.