NETTALI.COM – Khalifa Ababacar Sall se veut clair. Il n’est jamais sorti de la scène politique. Dans un entretien avec Rfi et France 24, l’ancien maire de Dakar assure qu’il sera candidat à la présidentielle de 2024.

Khalifa Ababacar Sall en est convaincu. Il garde tous ses droits de se porter candidat à la prochaine présidentielle. « Je ne suis pas inéligible« , a-t-il répondu aux journalistes de France 24 et Rfi qui l’ont interpellé sur la question dans un entretien diffusé ce jeudi. « Inéligibilité, dit-il, est une peine prévue par le code pénal et le code de procédure pénale. C’est une peine complémentaire qui doit être prononcée par un juge. Or, aucun juge ne l’a prononcée. » Mieux, l’ancien maire de Dakar ne compte pas quémander une quelconque amnistie. « Je n’avais pas demandé pour aller en prison. Je n’avais pas demandé de grâce pour sortir de prison. Donc, je n’ai pas à demander une amnistie« , souligne le patron de « Taxawu Dakar » qui dément toute négociation avec le chef de l’Etat. « Des pourparlers ? Pas à ma connaissance« , rétorque-t-il.

Mais il admet des discussions avec Karim Wade. « On échange Karim Wade et moi« , révèle-t-il. Mais il s’empresse de préciser : « Pour nous, cette question n’est même pas à l’ordre du jour. Mes droits politiques, je me battrai de manière politique pour les recouvrer. » « Je serai candidat en 2024 In sha Allah« , a assuré l’ancien maire de la Ville de Dakar. A l’en croire, la « grande et belle coalition Yewwi askan wi » dont il est membre a décidé d’aller ensemble aux locales et aux législatives. « Mais pour la présidentielle, la pluralité est préconisée« , indique-t-il.

Quid alors d’une candidature de Macky Sall en 2024? « Il faut aller lui poser la question », répond sèchement Khalifa Sall. Avant de poursuivre : « Il (Macky Sall, ndlr) n’en a pas le droit. C’est le président, lui-même, qui a dit que nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs. C’était l’argument massue pour le référendum de 2016. Normalement, il ne devrait pas pouvoir. Et jamais les Sénégalais ne l’accepteront. »

Interpellé sur le retour annoncé du poste de Premier ministre, Khalifa Sall assure : « Nous n’avons aucun sentiment, aucun avis vis-à-vis de ça puisque ça ne présente pas d’intérêt pour nous« . « Le président n’a même pas jugé nécessaire de nous expliquer pourquoi 20 mois après avoir supprimé le poste, il le rétablisse sans même nous le dire, même pas un petit message aux Sénégalais« , a-t-il déploré.