NETTALI.COM – La ruée des lutteurs sénégalais vers les Arts martiaux mixtes (MMA) a poussé le Comité national de gestion de la lutte (CNG) à prendre des mesures. Il est désormais interdit aux lutteurs sous contrats de combattre en MMA.

Les Arts martiaux mixtes (MMA) attirent de plus en plus les lutteurs sénégalais. Ce sport de cage est devenu le nouvel eldorado des combattants. Siteu, Bombardier, Reug Reug,  ont commencé à monnayer leur talent dans le MMA. Le Comité national de gestion de la lutte (CNG) s’est finalement exprimé pour s’arroger le droit de “limiter la participation aux combats MMA aux seuls lutteurs libres de toute obligation contractuelle “.

Dans un communiqué le Cng de lutte explique avoir constaté que des lutteurs sous contrat avec des promoteurs de lutte avec frappe, participent aux combats organisés en dehors du territoire nationale dans le cadre des Arts martiaux mixtes.

Devant la recrudescence de tels cas, dont les auteurs s’exposent véritablement à d’éventuelles blessures qui pourraient compromette l’exécution des contrats encore en cours, le Cng de lutte se voit dans l’obligation de limiter la participation aux combats MMA aux seuls lutteurs libres de toute obligation contractuelle “, informe Bira Sène, président du Cng de lutte.

Bombardier a été mis récemment KO par Mariusz Pudzianowski, alors qu’il était sous contrat avec Gaston Mbengue pour des combats de lutte avec frappe avec Balla Gaye et Eumeu Sene.

 ” Afin de préserver l’intégrité physique des lutteurs et les intérêts des promoteurs, il est interdit aux lutteurs de combattre en MMA aussi longtemps que les contrats qu’ils ont signés ne seront pas encore exécutés “, a dit le Cng.

L’instance dirigeante de lutte rappelle que les lutteurs réfractaires seront exposés à des sanctions.

Le Cng de lutte se réserve le droit de sanctionner tout contrevenant et en appelle au sens des responsabilités de tous les acteurs pour une entière adhésion à cette décision dont le seul but est de faire respecter les obligations contractuelles entre lutteurs et promoteurs“, a averti le président du CNG.