NETTALI.COM – Dans le collimateur du Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur (SAES), le chef du centre des services fiscaux de Saint-Louis décroche le soutien du Syndicat autonome des agents des impôts et domaines (SAID).

“Malgré les gros efforts consentis, les assauts répétés du chef de Centre fiscal de Saint-Louis plongent l’UBG dans une asphyxie financière qui anéantit tous les sacrifices du personnel d’enseignement et de recherche, du personnel administratif technique et de service, et des étudiants”, dénonçait, il y a quelques jours, le Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur (SAES).

En riposte, le SAID indexe un “chantage” imputable aux enseignants et précise : “C’est ce ’’bridez votre agent ou nous faisons un malheur’’ qui est constitutif d’un odieux chantage. C’est une lâcheté majeure que de se défausser, avec une mauvaise foi remarquée, sur un agent muselé par le devoir de réserve…”

“Voilà pourquoi, cette sortie sans discernement d’un syndicat d’universitaires, manipulés par l’UGB, n’honore pas ses membres agissant par procuration, dans une affaire loin d’être la leur. Tout au plus, le SAES aurait pu réclamer que la retenue opérée sur les salaires de ses membres soit effectivement reversée au Trésor public. Sauf à se rendre complice de fraude”, mentionne encore le SAOD, dans un communiqué.

Pour finir, les agents des Impôts et Domaines rappellent “au SAES que les procédures d’établissement, de déclaration et de recouvrement des impôts et taxes relèvent uniquement et exclusivement de la loi. De même, les moyens de contestation contre desdites procédures sont ouverts à tout contribuable (personne physique ou moral) dans les conditions définies par la loi. Une ruée dans les brancards par voie de presse, ne saurait ébranler la détermination des agents, à accomplir convenablement leurs missions”.