NETTALI.COM – « La Grande coalition Wallu Senegal » a été lancée officiellement ce vendredi 8 octobre 2021. Lors de la cérémonie, les  leaders des partis et mouvements membres ont tiré sur le régime de Macky Sall avant de décliner leur feuille de route.

Le régime de Macky Sall en a encore pris pour son grade lors de la cérémonie officielle de  lancement de « La Grande coalition Wallu Senegal ». Pape Diop, Mamadou Diop « Decroix », Dr Abdoulaye Niang, coordonnateur de la coalition « Jotna » et leurs alliés accusent le Président  Macky Sall « d’avoir mis l’ensemble des institutions de la République, notamment l’Assemblée nationale, la justice et l’administration publique au service des intérêts clientélistes de sa coalition  politicienne  au pouvoir ». Selon leur constat, « l’administration a ainsi cessé, au nom de son projet politicien, d’être au service des usagers et des citoyens pour être soumise à la coalition au pouvoir par le recrutement et les instructions reçues ».

Poursuivant leurs griefs, ces opposants soutiennent que « le régime qu’il a mis en place a fait voter par l’Assemblée nationale des lois scélérates portant modification du code pénal et du code électoral, dont l’objectif est de préparer la manipulation de la Constitution pour un troisième mandat et empêcher ainsi l’alternative politique souhaitée par les populations ». Et d’ajouter : « souvenons-nous qu’avant elles il y eut d’autres lois introduisant un système de parrainage violant les principes de base de toute démocratie : elles ont été condamnées par la Cour de Justice de la CEDEAO; aussi l’instauration d’un « système présidentiel absolu » supprimant le poste de Premier ministre et enlevant à la représentation populaire le droit de sanctionner un mauvais Gouvernement ».

En outre, les alliés sont revenus sur les raisons pour lesquelles ils ont mis en place leur coalition. « Face aux difficultés qui assaillent notre pays et notre peuple, face aux grands risques de déflagration qui menacent l’équilibre de notre Nation, des patriotes, forts de leur engagement et de leur expérience ont retenu de regrouper leurs forces », expliquent-ils.

Ainsi, ils se fixent comme objectifs de « mettre fin aux souffrances du peuple sénégalais et à la gouvernance corrompue du régime, l’Etat de droit au Sénégal et les libertés démocratiques acquises de hautes luttes sur plusieurs décennies afin de garantir la sécurité des citoyens et le libre exercice de leurs droits individuels et collectifs ».

Cela, arguent les leaders, « nécessite la mise en place d’institutions fortes, notamment une justice indépendante et une Assemblée nationale représentative et souveraine ». Mais, également, « la construction de l’unité des forces politiques de l’opposition démocratique et d’encourager la synergie des moyens et des  ressources  afin d’assurer le contrôle effectif du processus électoral et garantir une expression libre, transparente et démocratique des suffrages, soit donc la reconquête d’acquis démocratiques perdus par l’œuvre du régime en place ». D’où leur décision « de mettre en place une coalition électorale fondée sur le réalisme, la transparence, l’équité et l’intérêt supérieur des citoyens en direction des élections départementales et municipales du 23 janvier 2022 ».

« Cette coalition présentera des listes de candidats dans tous les départements, villes et communes  de l’étendue du territoire national », informent les leaders. Qui semblent être déjà à pied d’œuvre pour ces joutes. Car, « La Grande coalition Wallu Senegal » engage « sans délai les militants et sympathisants des partis et mouvements membres, partout à travers le pays, à se mettre ensemble pour travailler à la mise en place d’équipes gagnantes aussi bien au plan départemental que communal. »

Aussi affirme-t-elle son ouverture aux partis politiques de l’opposition et aux Mouvements Citoyens porteurs d’enjeux communautaires. Dans ce cadre, la Coalition « encourage la création d’équipes qui œuvreront au rassemblement le plus large possible de tous les acteurs et partenaires potentiels de leur circonscription électorale en vue de constituer des dynamiques crédibles et représentatives capables de gagner et de conduire les changements nécessaires à l’amélioration indispensable de la gouvernance des collectivités locales et des conditions de vie des populations ».

Elle propose également « de poursuivre la dynamique  ainsi créée vers les législatives de 2022 et la présidentielle de 2024 ». A cet effet, « Wallu Senegal » promet de faire « des bilans d’étape pour ajuster sa stratégie, en particulier dans la lutte pour la transparence du processus électoral et l’organisation d’élections fiables et ouvertes à tous les acteurs ». « Les rendez-vous électoraux futurs seront abordés dans le respect mutuel et dans la recherche de consensus entre les différentes composantes de la coalition », précisent les leaders. Qui annoncent la mise en place d’un Comité national de Pilotage  et ses règles de fonctionnement.

Déclinant toujours sa feuille de route, la coalition renseigne avoir mis en place plusieurs commissions de travail mais aussi « un mécanisme clair, transparent, pragmatique et consensuel pour le choix des mandataires ainsi que la confection de ses listes à présenter aux élections départementales et municipales »