NETTALI.COM  – A quelques heures de la célébration du grand Magal, c’est la grosse colère à Touba. Plusieurs quartiers de la cité religieuse manquent d’eau. A cette situation, il faut ajouter les fréquentes coupures d’électricité.

(Envoyé spécial) – L’édition 2021 du grand Magal de Touba se déroule dans un contexte particulièrement difficile. Les autorités donnent l’impression d’agir dans une impréparation totale. La preuve : les dernières pluies ont bloqué plusieurs axes de la cité religieuse. A l’intérieur de la ville, circuler est devenu presque impossible. Pis, dans des quartiers comme Gouy Mbind, fief de la famille de Serigne Bara Mbacké Khadimou Rassoul, beaucoup de familles ont dû abandonner leurs maisons. D’autres vivent dans l’eau. Impossible dans ces conditions d’accueillir des pèlerins.

Toutefois, depuis vendredi, c’est une grosse colère qu’on note chez les populations. La cause : le manque d’eau. Dans des quartiers comme Khaïra 2 ou même Gouy Mbind, l’eau ne coule plus des robinets. Difficile de se laver ou de faire ses besoins. Sinon il faut faire des kilomètres pour trouver de l’eau. N’en pouvant plus, certains commencent à élever la voix. Pour eux, cette situation est d’autant plus inacceptables que les autorités font comme si elles n’avaient aucune solution. “Les autorités sont devenues injoignables“, dénonce un membre du Conseil municipal de Touba. Pour certains “dahiras”, tout ceci ressemble à du sabotage. “Avec 33 forages qui fonctionnent, il est incompréhensible que Touba manque d’eau“, s’interroge ce membre d’une  célèbre “dahira” de Touba.

Au manque d’eau, sont venues s’ajouter les coupures d’électricité. C’est le cas à Gouy Mbind, au marché “Ocass”… Des coupures qui compliquent le séjour des talibés mourides obligés de dormir sur les terrasses des maisons ou sur le trottoir.