NETTALI.COM – L’affaire opposant Mor Diop à Moustapha Dia, Directeur général de Sipa, et Alioune Badara Ndiaye, transitaire, Directeur général de Sitma, a été appelée en son audience du 8 septembre 2021, à la barre de la Chambre correctionnelle du tribunal hors classe de Dakar, selon la livraison de ce samedi du journal Enquête.

Partie civile, Mor Diop a servi une citation directe à Moustapha Dia et à Alioune Badara Ndiaye, parce que, d’après lui, ceux-ci ont utilisé son nom, son identité et son Ninea pour faire des importations de 2018 à 2020. Selon l’économie des faits, telle que relatée dans la citation, un jour, Mor Diop, qui ne connaît pas les prévenus, a reçu des impôts une notification de redressement pour non-déclaration de produits, à hauteur de 431 millions 878 mille 783 F CFA. Étonné, Mor Diop s’est rendu aux impôts pour s’enquérir de la situation et on lui a fait savoir que son nom a été utilisé par des personnes depuis 2018 pour faire des importations.

C’est ainsi qu’il a porté plainte devant la section de recherches et ces personnes ont été arrêtées et déférées, avant d’être libérées par le procureur, d’après les termes de la citation. Selon la partie requérante, le dossier qui n’avançait plus, lui a causé un énorme préjudice. A cet effet, Mor Diop a finalement décidé de leur servir une citation directe pour les droits de faux d’escroquerie et d’association de malfaiteurs, pour réclamer la somme de 3 milliards pour pouvoir désintéresser les impôts et en guise de réparation du préjudice causé. Mais l’affaire a été renvoyée pour plaidoiries. Elle sera jugée le 24 novembre prochain.