NETTALI.COM – Bourreau de Kilifeu et de Simon, Thierno Amadou Diallo alias ‘’Thier’’a été cité dans une affaire de trafic demigrants sri-lankais, en 2017. Natif de Kaolack et domicilié à Ouakam, il prétend s’activer dans l’immobilier depuis 2004, mais est un illustre inconnu dans ce milieu où même les derniers-nés sont facilement repérables, selon des responsables de la Fédération des agents et courtiers immobiliers du Sénégal (Facis).

 On le voit encore dans une vidéo, traqué comme un rat, cloué sur le sol, les mains ensanglantées, le regard hagard, tantôt niant avec véhémence des accusations de vol, tantôt suppliant ses ‘’geôliers’’ de ne pas le vilipender. Dans un enregistrement sonore, on l’entend débiter, sur un ton pitoyable, des phrases parfois dépourvues de tout sens et de cohérence. ‘’Serigne bi, supplie-t-il, deffal ndank. Grand teudieul bunt bi ma wakh la… Moi, jusqu’à présent, je ne sais même pas ce qui se passe. Moi, je suis de Sokone, Keur El hadj Amadou Dème de Sokone… Qu’estce qu’on a pris ici ? On vous a volé quelque chose ?…’’.

Comme sonné par cette outrecuidance, un de ses vis-à-vis rétorque : ‘’Comment tu peux oser demander ce qu’on a pris ici ? Toi qui a essayé de me poignarder avec un tournevis ? Qu’est-ce que tu fais alors dans la cour de cette maison ?…’’. Comme s’il voulait proposer un marché, sans en avoir le cran, il finit par lâcher, après moult hésitations : ‘’On est où même ? Moi, je ne suis au courant de rien. Djoulit aakhan laa (je suis un très bon musulman)… Grand, ici, personne ne va vous donner de l’argent. Moi, je peux vous donner beaucoup d’argent, nguène sàng ma sutureu.’’

Face aux tentatives de ses interlocuteurs de le piéger afin de l’enfoncer et d’avoir des aveux plus clairs et circonstanciés, il change à nouveau de stratégie, plaidant non-coupable. Il n’empêche, il sera arrêté, placé en garde à vue à la gendarmerie de Ngor, avant d’être déféré au parquet, pour notamment vol en réunion chez l’homme d’affaires sénégalais Elimane Lam. C’était au mois de juillet dernier.

Le tombeur de Kilifeu et de Simon avait réussi, avec son complice, à entrer dans la maison de l’homme d’affaires, avant de subtiliser des bijoux de grande valeur et une forte somme d’argent. Contrairement à son acolyte qui avait réussi à se volatiliser, lui a été pris par les vigiles, au moment où il tentait d’escalader les murs.

Contre toute attente, au cours de la procédure, l’homme d’affaires se désiste sous le prétexte, dit-on, d’avoir pu récupérer tous ses biens volés. A la barre, malgré ses dénégations, Thierno Amadou Diallo alias ‘’Thier’’, sera reconnu coupable et condamné à deux ans de prison, dont deux mois ferme. Il était défendu par Me El Hadj Diouf, le célèbre pourfendeur d’Ousmane Sonko. Le parquet, lui, avait juste requis l’application de la loi contre le supposé voleur. A en croire certaines sources proches des rappeurs de Y en a marre, pour comprendre l’affaire Kilifeu contre Thier, il faudrait forcément remonter à ce dossier, qui marque le début du clash entre les deux amis. Pour eux, l’ami du rappeur aurait eu à proposer à des personnes haut placées de démarcher pour lui une bienveillance de la loi. Auquel cas, il les aiderait à se débarrasser de certains de leurs adversaires irréductibles, dont des figures de proue du mouvement Y en a marre. Sans donner des preuves de leurs accusations, ils semblent en être convaincus et tentent même de mouiller un avocat qui serait, selon leurs dires, celui qui aurait diffusé les fameuses vidéos.

La face cachée du bourreau

Mais qui est donc ce tombeur des activistes, qui est montré souvent dans de rutilantes voitures 4×4 ? D’où vient-il ? D’où proviennent tous ces millions de francs CFA qu’il propose à tort et travers à la recherche de visas ? Est-il juste un démarcheur dans un vaste réseau de trafic de migrants ?

Selon des sources, l’homme n’est, en tout cas, pas inconnu des services de la police. En 2017, il a été cité dans une vaste entreprise de trafic de migrants sri-lankais, sur l’axe SriLanka – Banjul et Dakar. ‘’C’était au niveau de l’aéroport Léopold Sédar Senghor. Les protagonistes ont finalement été libérés par le juge d’instruction pour vice de procédure, avant que Thier ne soit arrêté’’, rapporte notre interlocuteur.

Condamné pour vol en réunion, poursuivi pour divers délits, cité par le passé dans des trafics de migrants, Thier reste ainsi un personnage énigmatique qui fait fureur dans les places dakaroises et sénégalaises. Mais quelle est donc sa profession ?

Il ressort des éléments de l’enquête que le natif de Kaolack s’est présenté comme un agent immobilier ayant ses bureaux au Point E. Son entreprise s’appellerait Sen Luxe Tour et aurait été portée sur les fonts baptismaux en 2013. Seulement, l’entreprise semble des plus fantômes, si l’on en croit Abdoul K. Diédhiou, Vice-Président de la Fédération des agences et courtiers immobiliers au Sénégal (Facis).

Joint par téléphone, il déclare : ‘’Dans nos répertoires, on ne l’a jamais connu. On ne l’a jamais vu dans nos différentes réunions. Je connais jusqu’au plus petit courtier qui a fait à peine trois mois, mais lui je ne l’ai rencontré nulle part. Ni dans le groupe des courtiers ni dans celui des agents indépendants, encore moins dans le groupe des agences. On aimerait vraiment apporter cette précision, pour qu’il n’y ait pas d’amalgames.’’ Sans accuser directement Thier, il laisse entendre que le milieu des agences immobilières est infesté par des arnaqueurs de toutes sortes, qui procèdent de différentes manières pour soutirer de l’argent aux clients.

Dans tous les cas, Thierno Amadou Diallo, lui, prétend s’activer dans le domaine depuis 2004 et a créé son agence et s’activerait dans la vente et la location de villas et d’appartements. ‘’Nous avons la liste de toutes les agences du Point E qui est mon domaine de prédilection. Làbas, je connais toutes les agences, pas la sienne. Je ne le connais ni chez les agences, ni chez les courtiers ni comme indépendant’’, ajoute notre interlocuteur.

Né à Kaolack en 1977, Thierno Amadou Diallo est un ami de longue date des rappeurs du groupe Keur Gui, Kilifeu et Thiat. Il résulte de l’enquête que c’est Thiat qui aurait présenté Thier à son frère Kilifeu. Ils étaient encore très jeunes. Lors de ses toutes premières réactions, Kilifeu lui-même disait : ‘’On s’est connu, il y a 20 ans. Il a habité chez Thiat pendant deux ans, pendant un an chez la tante de Thiat. A mon insu, il allait rendre visite à ma mère et lui donnait de l’argent, tout en sollicitant des prières. Je ne pouvais donc imaginer ses intentions.’’ C’était pour témoigner de sa bonne foi, tout en mettant en exergue la mauvaise foi de son ‘’ami’’ qui semble très peu fréquentable.

La question qui se pose est de savoir comment les activistes, qui revendiquent une amitié de très longue date, pouvaient-ils ne pas être au courant de son sale caractère ? Pouvaient-ils ignorer que Thier, leur ami, est cité dans des affaires de trafic de migrants ? Pouvaient-ils ignorer qu’il est cité dans des histoires de cambriolage ?

Enquête