NETTALI.COM – L’Association des commerçants et industriels du Sénégal (Acis) dit ne pas être surprise par la hausse des prix de plusieurs produits. Elle soutient n’avoir aucune responsabilité dans cette situation et accuse l’Etat.

L’ inflation et la pénurie généralisée de certains produits dont des denrées de première nécessité, ne surprennent guère l’Association des commerçants et industriels du Sénégal (Acis). Selon son président Khadim Sylla, leur structure l’avait souligné depuis le mois de juillet. D’après lui, ils avaient alerté les autorités et les avaient invitées à anticiper sur l’éventualité d’une telle situation. Mais, malheureusement, elles n’ont pas suivi. ‘’Nous avions mis en examen les différents facteurs à l’origine de la crise socio-économique qui est de mise aujourd’hui. D’abord, nous avons une économie extravertie, c’est-à-dire, l’essentiel de ce que nous consommons nous vient de l’extérieur à travers les importations. Il se trouve que les prix d’acquisition de produits échappent à notre contrôle et augmentent à l’étranger pour des raisons que nous ignorons pour l’essentiel. De surcroît, le prix du fret maritime a augmenté de façon exponentielle. À cela s’ajoute la cherté des taxes portuaires et autres prélèvements. Ainsi, rien ne dépend de la volonté des commerçants que nous sommes’’, a expliqué M. Sylla face à la presse, en des propos relayés par Enquête, ce mercredi.

Selon lui, ils en souffrent en ce sens qu’ils sont victimes doublement en tant que commerçant, en mettant leurs capitaux en jeu avec d’énormes risques de pertes, et en tant que consommateurs comme tout le monde. Donc, au-delà de la conjoncture internationale, précise-t-il, l’Acis tient l’Etat comme unique responsable, car étant la seule autorité capable de remédier à la situation, en allégeant certaines taxes, compte tenu des difficultés que les populations sont en train de vivre et de diminuer de manière drastique le train de vie de l’Etat.

Concernant la pénurie du sucre, l’Acis dénonce la situation de monopole qui doit être révolue, surtout sur un produit aussi essentiel que le sucre. ‘’Nous plaidons pour une libéralisation du marché du sucre, comme c’est le cas avec le ciment. Nous réclamons de nouvelles politiques économiques autres que celles existantes depuis toujours et que chaque année, on vit la même situation. Il faut impérativement mettre un terme à cela. Concernant la concurrence étrangère déloyale, dont nous sommes victimes depuis longtemps, des fournisseurs étrangers nous suivent jusqu’ici. Ils étudient le marché et viennent s’installer comme des nationaux et nous imposent leur diktat en menant une politique de dumping au su et au vu des autorités qui restent inertes, alors qu’ils sont dans l’illégalité la plus totale. C’est une question qu’il faut prendre au sérieux, parce qu’il y va de la stabilité de notre économie nationale’’, renchérit-il. Ces commerçants appellent solennellement le président de la République à prendre les mesures idoines pour leur résolution définitive avant que l’économie sénégalaise ne sombre dans le chaos.