NETTALI.COM – Malgré l’armistice signé, ce week-end, entre lui et le ministre d’Etat Mbaye Ndiaye qui n’a eu de cesse de l’égratigner, dans la plupart de ses prises de parole, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Amadou Ba, joue sa survie politique aux prochaines élections locales de 2022. Pour éviter le syndrome Malick Gakou, il lui faudra s’imposer au sein de la majorité ou prendre son destin en mains. C’est que nous explique le quotidien Enquête.

Le quotidien Enquête, dans un large dossier sur le thème, rappelle ! « L’exemple de Malick Gakou étant encore frais dans les mémoires, le “coordonnateur’’ de Benno a intérêt à s’affirmer, lors des prochaines joutes électorales ».

« En effet, en 2014,  croit savoir notre source, Malick Gakou, présenté comme favori, avait accepté de jouer les seconds rôles, au profit du frère du Président, Aliou Sall, dans son fief même à Guédiawaye. Depuis lors, ce dernier a renforcé sa notoriété politique et cumule les victoires dans cette localité de la banlieue. Pour éviter de subir le même sort que l’ancien numéro 2 de l’AFP, l’ancien ministre des Finances va devoir se peser aux locales. C’est en tout cas la conviction de ses partisans, pour qui, Amadou Ba est le prochain Président de la République. Il suffit de faire un tour dans les différentes plateformes de communication du ministre pour s’en convaincre. Mais pour y parvenir, il faudra trancher le débat entre lui, Moussa Sy et Mbaye Ndiaye. Qui va défendre les couleurs de l’Alliance pour la République et de Benno aux Parcelles assainies ? ».

A cet égard, explique l’expert Moussa Diaw : « Pour survivre dans cet environnement politique en recomposition, il faut absolument qu’Amadou Ba s’affirme et démontre sa force électorale sur le terrain. Et cela peu importe qu’il ait des velléités présidentielles ou pas ».

Revenant sur l’arbitrage du Président Macky Sall, Moussa Diaw déclare : « Il va devoir trancher pour celui qui a le plus de chance de gagner. Car seule la victoire compte à l’arrivée ».