NETTALI.COM – Dans le projet de loi de finances rectificative de l’année budgétaire 2021 adopté en Conseil des ministres, ce jeudi 3 mai, l’utilisation des 450 milliards FCfa pour le programme de l’emploi des jeunes y est détaillé. Pilier par pilier.

En réponse au chômage endémique des jeunes, le président de la République a annoncé au mois d’avril dernier, un programme d’urgence pour l’emploi et l’insertion socio-économique des jeunes d’un coût total de 450 milliards FCFA sur trois ans (2021-2023). Le programme dénommé «Xeyu Ndaw Gni» a pour ambition de générer des milliers d’emplois. Quatre secteurs vont être les principaux bénéficiaires des prochains recrutements : la sécurité, l’environnement, l’hygiène publique, l’éducation. Examiné et adopté en Conseil des ministres, hier jeudi, le projet de la première Loi de finances rectificative de l’année budgétaire 2021 détaille la répartition du programme. Par pilier.

Recrutements spéciaux

Pour lutter contre l’insécurité, il est prévu le recrutement de trois mille (3000) agents de sécurité et trois mille (3000) auxiliaires de police en plus pour un budget de 19 200 000 000 FCfa/sur trois ans.  Le chef de l’Etat justifie ce recrutement spécial de 6 000 agents de sécurité par les effets pervers de plusieurs décennies de croissance démographique, d’urbanisation mal contrôlée, de perte de repères et de mal vivre qui se sont traduits par une recrudescence de la violence et un sentiment d’insécurité pour une partie de la population sénégalaise. Le constat fait est que les couches populaires sont les premières victimes de l’insécurité et donc l’Etat doit renforcer la tranquillité des citoyens vivant dans les quartiers les plus densément peuplés, les plus mal éclairés et les plus sujets à toutes sortes de trafics malveillants.

L’Etat vise aussi le renforcement de sa présence dans certaines régions frontalières où la liberté de circulation dans l’espace communautaire rend notre pays vulnérable aux phénomènes de criminalité transfrontalière, dans un contexte sous-régional marqué par des conflits et la présence de réseaux de trafics de toutes sortes. Toujours pour les recrutements spéciaux, le document annonce 12 000 jeunes volontaires du progrès pour le programme de nettoiement d’un budget de 30 720 000 000 FCFA/3 ans. Annoncé en grande pompe, le recrutement spécial des 5 000 enseignants se fera aussi sur trois ans pour un montant de 40 000 000 000 FCFA/3 ans. Aussi, 500 animateurs socio-éducatifs seront recrutés pour un budget de 1 280 000 000 FCfa/3 ans.

Dans le Projet de Loi de finances rectificative pour l’année 2021, dix mille jeunes (10 000) seront recrutés pour le reboisement pour un budget de 25 600 000 000 FCfa/3 ans. Pour le recrutement spécial des volontaires du service civique national, ils seront 750 jeunes pour un budget de 1 920 000 000 FCFA/3 ans. Pour le volet touristique, il y aura un recrutement spécial de 200 guides pour un montant de 800 000 000 FCFA/3 ans. Enfin pour les recrutements spéciaux, il est prévu d’intégrer 400 volontaires de la santé pour un budget de 1 024 000 000 F Cfa/3 ans.

Dans ce volet qui prend en compte l’environnement, l’Etat, selon les termes contenus dans le document de la Lfr, a pour objectif de reverdir le territoire national, grâce à d’intenses campagnes de reboisement, de préservation et de restauration des écosystèmes. C’est d’ailleurs ce qui justifie, l’enrôlement de quinze mille jeunes, qui vont travailler comme contractuels auprès de l’administration des Eaux & Forêts. A côté de l’environnement, il y a aussi l’hygiène publique qui va mobiliser dix mille Volontaires du Progrès qui vont succéder aux 1 519 Volontaires de la Propreté. L’ambition de l’Etat est de sortir ces jeunes de l’inactivité et de l’oisiveté.

Projets publics d’intérêt communautaire

Dans ce pilier, 4 000 jeunes seront recrutés pour le pavage pour un budget de 15 720 000 001 FCfa/3 ans. Pour le programme de modernisation des villes (Promovilles), le recrutement de 2 000 jeunes est prévu pour un budget de 10 000 000 000 FCfa/3 ans. Dans les prévisions de la Loi de finances rectificative, 2 000 jeunes vont rejoindre l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public contre le sous-emploi (Agetip) pour un budget de 5 720 000 000 F Cfa/3ans. Pour l’entretien du courant des routes non classées 11 150 seront mobilisés pour un montant de 17 840 000 000 F Cfa/3ans.

Emplois au secteur privé

Dans ce pilier, la convention Etat-Employeur verra l’intégration de 15 000 jeunes dans le marché de l’emploi pour un montant de 37 499 999 850 F Cfa/3 ans.

Projet d’investissement publics à haute intensité de Main d’Œuvre

Dans ce pilier, les recrutements se feront dans le cadre du projet d’aménagement des fermes intégrées valorisant les Énergies Renouvelables et Développement des Filières Horticoles pour un total de 25 950. Le budget sera de 24 000 000 000 F Cfa/3ans.

Apprentissage – Formation

Pour le Programme Sénégalais pour l’Emploi des Jeunes (PSE J) 3 300 seront recrutés pour un budget de 4 500 000 000 F Cfa/3ans. 12 000 000 000 F Cfa/ 3ans sont prévus pour la formation professionnelle de 40 000 jeunes. Pour le financement, l’Entrepreneuriat et l’Autonomisation 236 842 jeunes bénéficieront de Nano crédits pour un montant de  43 352746 754 F Cfa/3ans. Pour l’appui aux secteurs et métiers 115 864 sont visés pour un budget de  115 863 753 396 F Cfa/3 ans. Les 30 000 000 000 F Cfa/3 ans restant des 450 000 000 000 F Cfa sont prévus pour la subvention aux tenues «scolaires.»