NETTALI.COM- Les accusations portées sur la personne du directeur général du Crédit Mutuel du Sénégal ne sont pas avérées. La précision a été faite par le Président du Conseil d’administration de l’Institution, Mor Ndao. Qui, face à la presse, a fait savoir qu’il n’y a pas de crise au sein de leur institution qui, selon ses dires, a une bonne santé financière.

Le samedi 22 mai 2021, les travailleurs du Crédit mutuel du Sénégal, regroupés au tour du collectif pour la défense et les intérêts du CMS ont exigé le départ de l’actuel DG de l’institution, dont la nomination, selon l’accusation, va à l’encontre des statuts de leur institution financière. Ce lundi, le Conseil d’administration et le conseil de surveillance ont, conjointement, organisé une conférence de presse pour rétablir certaines allégations qu’ils considèrent fallacieuses et tendancieuses qui ont été portées à l’encontre et de l’institution et de ses dirigeants. “Au niveau du crédit mutuel, tout se passe bien. Il n’y a rien qui pose problème“, a déclaré Mor Ndao PCA du l’Union des caisses de crédit mutuel du Sénégal.

Selon lui, le collectif accusateur n’a aucune existence juridique légale et toutes ses accusations sont fausses. D’autant plus que justifie-t-il : “Toutes les procédures dont parle ce collectif sont respectées au sein de l’institution. Malheureusement, ils ont dit le contraire. Tout est limpide, il n’y a pas de crise, il n’y a pas de malversations dans la gestion. Nous avons une bonne santé financière“.

D’ailleurs, lors de cette conférence de presse, il précise au regard des éléments portés à son attention que la nomination de l’actuel directeur général de l’UCCMS M. Amadou Jean Jacques Diop ne souffre d’aucune irrégularité. En conséquence, il lui renouvelle sa totale confiance et le confirme à la tête de la Direction générale de l’UCCMS.

Dans la même veine, il lui décerne une motion d’encouragement en vue de poursuivre les chantiers de transformation déjà initiés dans l’optique de pérenniser l’institution et la rendre plus compétitive.

Le Conseil d’administration rappelle avec vigueur son attachement au respect des prérogatives de chacune des institutions. Mieux, il donne mandat au Directeur général de tout mettre en œuvre pour le respect strict du secret bancaire et des principes de confidentialité qui gouvernent leurs activités conformément aux dispositions légales, réglementaires et internes en vigueur. Cela, avant d’instruire le Directeur général d’initier toutes les actions nécessaires en vue de faire respecter par les collaborateurs de l’UCCMS les règles de confidentialité des données obtenues à l’occasion de l’exercice de leurs missions et de prendre des mesures énergétiques contre tout acte contraire aux principes évoqués.

Dans le même ordre d’idées, le Conseil d’administration recommande de mettre en place un dispositif de communication interne et externe en vue de rétablir la vérité des faits sur l’ensemble des points évoqués par le collectif. Il exhorte le Directeur général à prendre les mesures adéquates pour identifier les failles ayant conduit au partage et à la circulation des données réputées confidentielles et l’autorise ainsi à prendre toute mesure légale visant à dissuader la commission d’actes constitutifs de violation des règles de confidentialité.