NETTALI.COM  – C’est par la plume du ministre de la Culture et de la Communication que le gouvernement du Sénégal a écrit à la chaîne de télévision privée française Cnews. Et c’est pour exprimer la colère du Sénégal après la sortie d’Eric Zemmour traitant les Sénégalais de “trafiquants de crack”. 

Que le journaliste et polémiste français Éric Zemmour se le tienne pour dit. Le gouvernement du Sénégal n’a pas l’intention de le laisser insulter le peuple sénégalais en toute impunité. C’est en tout cas ce que les autorités sénégalaises ont laissé entendre dans une lettre de protestation adressée à la chaîne de télévision Cnews par le ministre de la Culture et de la Communication.

Le 13 mai dernier, dans l’émission ‘Face à l’info’ de la chaîne de télévision française Cnews, Monsieur Éric Zemmour, évoquant le commerce de stupéfiants à Paris, a affirmé que ‘tous les trafiquants de crack sont des Sénégalais‘”, écrit le ministre Abdoulaye Diop dans une lettre adressée au Mamadou Diagna Ndiaye, président du Conseil d’administration de Canal+ horizon Dakar. Le groupe Canal+ est en effet propriétaire de la chaîne d’informations Cnews. Pour le gouvernement du Sénégal, “il s’agit, à l’évidence, d’une généralisation stigmatisante qui prend racine, comme on le sait, sur l’obsession identitaire raciste caractéristique des idées de ce personnage (Éric Zemmour, ndlr)”. “Le gouvernement de la République du Sénégal dénonce et condamne fermement cette affirmation hasardeuse et infondée qui suscite l’indignation la plus vive de l’ensemble du peuple sénégalais. Cette sortie de M. Zemmour, un xénophobe, multirécidiviste dans le maniement de l’ignominie, est attentatoire à notre honorabilité et à notre dignité en tant que nation“, peste le ministre Abdoulaye Diop. Qui se dit étonné de constater que le journaliste semble bénéficier “d’une forme d’impunité que lui confère la chaîne Cnews, propriété de M. Vincent Bolloré : une chaîne d’informations regardée dans toute l’Afrique,  notamment au Sénégal à travers le bouquet Canal horizon“.

Et c’est parce qu’il croit qu'”accuser sans preuve ne relève guère d’une liberté d’expression, mais d’une pure et simple diffamation“, que le Sénégal estime que “trop, c’est trop“. Et de demander, au nom du gouvernement du Sénégal, à Diagna Ndiaye, de “faire part à M. Bolloré et aux responsables de cette chaîne de télévision“, la vive protestation de l’Etat du Sénégal face à “l’absolution dont bénéficie M. Éric Zemmour, un privilège suffisamment troublant pour susciter de légitimes interrogations“.

En outre, le gouvernement du Sénégal avertit qu’il se réserve “le droit d’entreprendre toute action que requiert la situation si Éric Zemmour persiste dans son attitude ignominieuse“.