NETTALI.COM- Jugés et condamnés en février 2017 pour la mort du concessionnaire de véhicules Bouteye Kounta Ndiaye assommé à mort et jeté dans un tunnel à Thiès en mai 2011, Pape Mor Bitèye et Talla Diassé ont comparu ce mardi 25 mai devant la chambre d’appel criminelle de Dakar. Leurs avocats ont plaidé l’infirmation mais le parquet général a requis la confirmation des peines que le juge d’instance leur a infligé.

Condamné respectivement, en première instance aux travaux forcés à perpétuité, Pape Mor Bitèye et Talla Diassé, qui ont déjà fait 10 ans sous les verrous, ont interjeté appel afin d’obtenir une réduction de leur peine. Ils seront fixés sur leur sort, le 27 juillet prochain. Ces derniers sont accusés des faits d’association de malfaiteurs, vol, assassinat avec acte de barbarie.

Désigné comme auteur principal, Pape Mor Bitèye  avait, pour voler une voiture de marque Porsche Cayenne d’un parc automobile, entrainé le gérant dans une maison déserte, à Yarakh. Il lui avait ainsi fait croire qu’il  achetait la voiture pour le compte d’une  Guinéenne mais que son mécanicien devait d’abord l’inspecter. Alors qu’il  attendait le supposé mécanicien, le vendeur est assommé avec une barre de fer et étranglé avec sa cravate, avant d’envelopper le corps inerte avec un matelas et de jeter le cadavre dans un tunnel à Thiès.

Pour transporter le corps, l’accusé avait loué un véhicule ‘’7 places’’ en faisant croire au chauffeur Mor Talla Diassé qu’il s’agissait de poisson qu’il devait donner en guise de sacrifice pour la réalisation de son voyage aux USA. Le présumé assassin est arrêté le lendemain par les éléments du poste frontalier de Kounkané. Pape Mor Djitèye passe aux aveux, mais modifie son récit à six reprises entre l’interrogatoire, l’instruction et sa comparution à la barre, le 7 février dernier.

Devant les juges de première instance, l’accusé a plaidé le meurtre, arguant avoir tué le sexagénaire par accident. ‘’Je ne reconnais pas la préméditation. Au moment de franchir le seuil de la porte, j’ai aperçu la crosse d’un pistolet dans son sac. Alors, j’ai pris peur et lui ai asséné un coup à la nuque avec une barre de fer. Il est tombé sur le dos et sa tête a cogné sur le sol. Je ne l’ai pas étranglé. Mais il a dû s’étouffer avec l’objet qui était dans sa bouche. Il bavait après la chute’’, avait déclaré l’accusé. Quant à Talla Diassé, il avait soutenu avoir agi par ignorance.

En appel, Pape Mor Djité a également reconnu les faits avant de les regretter. Ce qu’il a nié, ce sont les accusations selon lesquelles, il avait échangé la voiture de la victime contre 5 kg de cocaïne. D’après lui, ce sont les agents enquêteurs qui ont fait état de cette drogue qui n’existe pas. Son acolyte Talla Diassé, accusé d’association de malfaiteurs, vol, recel de malfaiteurs et non dénonciation d’un crime, a lui aussi reconnu les faits avant de demander pardon. Les avocats de la famille éplorée qui avaient réclamé 200 millions à titre de dommages et intérêts, ont plaidé la confirmation de la peine de la première instance. Idem pour l’avocat général. La défense a sollicité l’infirmation.