NETTALI.COM – Coordonnateur de la cellule de communication de Benno Bokk Yakaar et par ailleurs directeur général de l’Agence sénégalaise de la promotion touristique se prononce sur le débat sur le fichier électoral,  le parrainage et le découpage administratif. Papa Mahawa Diouf était l’invité du “Jury du dimanche” sur Iradio. 

Papa Mahawa Diouf prend le contrepied de ceux qui soutiennent que le nouveau découpage administratif a été fait par le régime pour gagner les prochaines locales. Selon le coordonnateur de la cellule de communication de Benno Bokk Yakaar, c’est plutôt pour corriger des incohérences.

On peut toujours trouver des raisons de penser que le découpage est politique. Ce n’est pas nouveau. Mais ici, il y a des raisons objectives. Cette réforme corrige des incohérences territoriales. L’autorité s’est basée sur plusieurs critères pour effectuer ce découpage. Nous pouvons faire confiance à l’autorité administrative. Ce découpage n’est pas un subterfuge pour gagner des élections dans ces localités”, a expliqué M. Diouf,  invité du “Jury du dimanche”.

Par ailleurs, Papa Mahawa Diouf a révélé que le projet de la suppression de la ville de Dakar n’est plus d’actualité. Ce, d’autant plus qu’un redécoupage a été fait pour rationaliser l’aménagement territorial et réparer quelques injustices.

Pour ce qui est du fichier électoral, il a appuyé la thèse des auditeurs internationaux en affirmant que le document est bon. “Au Sénégal, il est impossible de voler des élections. Cela est dépassé. Le fichier est fiable. C’est inexact de dire qu’il y a des inscriptions supplémentaires. Le Sénégal n’est pas une république bananière où il est passible de faire du fichier électoral ce que l’on veut. Le système électoral sénégalais est préservé. Je ne pense pas qu’il ait un problème de fichier électoral dans le pays”, a martelé Papa Mahawa Diouf. Avant d’ajouter : “Tout le reste n’est que polémique qui cache une impréparation, un manque de sérieux dans le travail politique qui nécessite qu’on aille vers les populations.”

S’agissant du parrainage, il pense qu’on ne peut pas remettre en cause son intégration dans le mode d’élection sénégalais. “Si on n’a pas un mécanisme de filtrage, on peut avoir des difficultés”, dit-il. Pour lui, la Cour de Justice de la Cedeao ne peut pas demander la suppression du parrainage parce qu’elle n’en a pas les compétences. Ce qu’elle peut faire, de l’avis de Papa Mahawa Diouf, c’est demander à ce que des améliorations soient apportées. “Elle s’est trompée en demandant qu’on supprime le parrainage. Ce n’est pas de son ressort”, dit-il.