NETTALI.COM – La plateforme Avenir Senegaal Bi Nu Begg a émis son avis sur les évènements qui ont récemment secoué le pays. Cheikh Tidiane Dièye et Cie chargent le régime de Macky Sall et étalent de nouvelles exigences, relativement au respect du calendrier électoral. 

“Le secrétariat a engagé la responsabilité directe du président Macky Sall dans les troubles qui ont profondément ébranlé le pays et qui sont nés du complot sordide fomenté contre le député et opposant Ousmane Sonko. En inspirant, encourageant ou fermant les yeux sur ce complot, dans un contexte où toutes les énergies du peuple auraient dû être concentrées dans la lutte contre la pandémie et ses effets économiques et sociaux, le président Macky Sall a manqué singulièrement de leadership et de responsabilité’’, déduit le Secrétariat politique national de la plateforme Avenir Senegaal Bi Nu Begg.

Aussi, dans leur communiqué, Cheikh Tidiane Dièye et Cie condamnent-ils “fermement les propos tenus par plusieurs ministres dont ceux de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de la Justice qui, gagnés par la peur et dépassés par la résistance inédite et inattendue du peuple, notamment les jeunes, ont tenté de faire croire que “des forces obscures’’, “des terroristes’’ ou “des rebelles’’ seraient rentrés sur le territoire sénégalais afin de déstabiliser le pays”.  “Ces propos irresponsables, dangereux et dégradants pour l’image du Sénégal ont été, fort heureusement, vite démentis par de hautes autorités de l’armée, de la police et la gendarmerie, à l’occasion de la fête de l’indépendance du 4 Avril 2021’’, ajoute le texte.

Ainsi, la plateforme salue le professionnalisme et le sens élevé de la responsabilité des forces de défense et de sécurité de la République. Et persifle : “Le Secrétariat politique de la plateforme Avenir Senegaal Bi Nu Begg demande au gouvernement, s’il maintient toujours sa déclaration sur l’existence de ces forces obscures, de dire au peuple sénégalais où se trouvent celles-ci en ce moment ? Sont-elles déjà ressorties du territoire ? Si oui, pourquoi les a-t-on laissé filer ? Si, au contraire, elles sont toujours dans le pays, dans quelles villes, quels quartiers se trouvent-elles ? Pourquoi les services de sécurité ne les arrêtent-elles pas ?’’

En outre, après s’être félicité de la détermination et de la lutte “héroïque du peuple sénégalais, qui a permis de mettre en échec le funeste projet de Macky Sall, consistant à ligoter l’opposition démocratique et à étouffer dans l’œuf toute velléité de contestation politique, le secrétariat a vivement félicité les partis de l’opposition, les mouvements citoyens et associations de la société civile qui ont su, en temps opportun, organiser les résistances du peuple sénégalais, en mettant en place le Mouvement pour le défense de la démocratie (M2D).

Selon la plateforme,  il est question de faire de ce mouvement une véritable force de défense de la démocratie, et de l’État de droit au Sénégal. Ainsi, le docteur Cheikh Tidiane Dièye et Cie comptent “poursuivre leurs efforts pour la construction d’un vaste rassemblement des forces démocratiques et citoyennes, incluant les partis de l’opposition, les mouvements citoyens, les organisations de la société civile, etc.’’. L’un des premiers chantiers sera le respect du calendrier électoral et le processus menant vers les élections locales. A l’instar du M2D, Avenir Senegaal Bi Nu Begg va se battre pour l’organisation de ces élections en 2021.