NETTALI.COM – En reprenant les plus beaux actifs de Suez, Antoine Frérot a réussi son pari. Un rapprochement au forceps après des mois de conflits. La victoire du PDG de Veolia pourrait être une victoire à la Pyrrhus.

Ca y est. Après plus de sept mois de lutte acharnée -recours en justice, invectives par voie de presse, coups de pression et de semonce… – Antoine Frérot est parvenu à ses fins. Ou à peu près. Le PDG de Veolia a annoncé ce lundi matin avoir trouvé un accord avec Suez permettant le rapprochement entre les deux groupes. Il relève son offre à 20,5 euros l’action, soit 2,5 euros de plus que sa proposition du mois d’octobre, ce qui valorise Suez à environ 13 milliards d’euros.

Au départ, le géant de l’eau et des déchets devait récupérer l’intégralité de son concurrent amputé de la division Eau France, cette entité devant revenir au fonds d’infrastructures Meridiam. Mais ces derniers jours, l’ex-Générale des Eaux, poussée par les hedge funds montés au capital de Suez a dû faire des concessions. Le nouveau Suez qui sera détenu par un groupe d’actionnaires comprenant Meridiam, Ardian, GIP et la Caisse des Dépôts garde finalement l’intégralité du périmètre France. Et aussi des actifs eaux à l’international (Chine, Inde, Afrique, Italie, Australie, Asie centrale, République tchèque).

 

Lire la suite sur challenges.fr