NETTALI.COM- L’Alliance pour la République ( Apr) ne va jamais protéger le député Seydina Fall Bougazelli empêtré dans une histoire de faux billets de banque. Du moins, c’est ce qu’a laissé entendre le conseiller politique du président de la République, Luc Sarr, qui a déclaré que « cette affaire relève du domaine privé, l’Apr n’a rien à y voir »

Que le député Seydina Fall alias Bougazelli cité dans une affaire de faux billets ne compte pas sur le soutien de son parti pour échapper à la justice. Car, dans un entretien accordé à EnQuête,  le conseiller politique du président de la République, Luc Sarr, a écarté toute protection du régime.

M. Sarr a d’abord déploré cette situation mais se veut prudent non sans exprimer sa confiance envers la Justice. « C’est triste de voir cette situation, mais j’avoue que je n’en sais pas beaucoup. Il y a beaucoup de choses qui sont dites. Ce que je sais, c’est que la justice s’en est emparée. Je fais confiance en la justice du Sénégal et je sais qu’elle fera tout ce que de droit. Et comme cette affaire est pendante, en parler ne serait pas juste. Les décisions qui seront prises feront l’objet de commentaires », réagit-il.

Lorsque le journaliste l’a interpellé si le refus du député de déférer à la convocation des gendarmes serait  justifié par une protection dont bénéficierait le responsable apériste, il répondu : « Jamais de la vie ! ».

Aussi le conseiller politique du chef de l’Etat s’est-il voulu prudent. « Est-ce que vous êtes sûr qu’ils refusent de déférer à la convocation ? Dès lors que je ne sais pas, je ne maitrise pas cette question, il ne me semble pas juste d’en parler », soutient-il.

Au-delà de sa personne, Pr Luc Sarr a laissé entendre que le parti ne se prononce pas sur la question puisqu’il s’agit d’une affaire privée. « Le parti ne se prononce pas sur cela, car ce sont deux questions différentes. Le parti s’intéresse aux questions politiques et aux questions liées au développement du Sénégal. Pour les questions d’ordre privé, je crois que ce ne sont pas les affaires du parti », précise-t-il.