NETTALI.COM – Karim Wade, a-t-il pris date pour son retour d’exil ? En tout cas la recomposition politique en cours pourrait intégrer cette hypothèse. Wade-fils a envoyé 16 véhicules de type 8X8 au Parti démocratique sénégalais, qui est en train de remobiliser ses troupes.  

Au Parti démocratique sénégalais (PDS) la priorité tourne autour de la mobilisation de la base, à travers les opérations de placement des cartes de membre qui se font un peu partout sur le territoire national.

Avant-hier à Dagana, la délégation du parti était le samedi à Podor et le vendredi à Matam. Et selon certaines confidences rapportées par “Enquête“, des moyens énormes ont été dégagés par le leader Karim Wade pour replacer le parti sur l’échiquier politique national. Rien que sur le plan logistique, pas moins de 16 véhicules de type 8×8 auraient été affrétés par Wade fils, selon des sources proches du PDS.

Joint par téléphone, le président de la Fédération nationale des cadres, Lamine Ba, refuse de se prononcer sur cette question de moyens. Mais confie : “Cette opération s’inscrit dans la dynamique d’aller à la rencontre des militants, de structurer et donner un nouveau souffle à nos structures de base. Depuis deux mois, malgré les restrictions, nous nous déployons sur une bonne partie du territoire, pour rencontrer les militants, faire l’état des lieux des structures, mais également les informer par rapport au processus de vente des cartes de membre et d’installation des structures de base.’’

Hier, la délégation était dans la région de Saint-Louis, où tous les militants, sympathisants, responsables départementaux et communaux étaient convoqués en assemblée générale. Avant le Nord, la formation libérale a fait les zones Sud et Centre. Lamine Ba se félicite d’ailleurs du retour de certains de leurs frères qui avaient quitté la barque et qui sont en train de rentrer au bercail. Aujourd’hui, la délégation libérale sera à Kébémer, avant de faire cap sur Touba et Mbacké les 26 et 27 mars. “Il ne nous reste plus que les régions de Thiès et de Diourbel. Nous avons mené toutes ces opérations en douce, parce que comme on est en période de pandémie, on ne voulait pas que les activités soient interdites’’.