NETTALI.COM – Le constitutionnaliste Ismaïla Madior Fall bat en brèche le classement de Freedom House, qui laisse remarquer que le Sénégal quitte le TOP 10 des pays africains, en matière de respect des libertés publiques.

Le Sénégal, pendant longtemps perçu comme une « vitrine » de la démocratie en Afrique, dévisse de sept points entre 2017 et 2020 et ne fait plus partie des pays « libres », au nombre de 9 seulement en Afrique. Le pays de la teranga retombe comme l’Inde en 2020 dans le lot des nations « partiellement libres », aux côtés du Malawi (66), Madagascar (60) et du Burkina Faso (54), ou encore des nombreux États qui n’ont pas la moyenne démocratique chez Freedom House, comme le Kenya (48), le Nigeria (45) et la Côte d’Ivoire (44).

Après la publication de ce classement, le ministre d’Etat, Ismaïla Madior Fall, a réagi. Invité ce mardi à l’émission D’Clique, sur Tfm, le juriste déclare qu’en « ce qui concerne la notation extérieure, pour mesurer la démocratie et l’état de droit, il faut interroger la perception endogène, qui reflète mieux l’opinion des Sénégalais ». « Certes la notation extérieure est acceptable, mais c’est pas l’essentiel », mentionne l’ex-garde des Sceaux.

M. Fall croit savoir qu’en ce qui concerne l’’indice Mo Ibrahim, «  qui est l’indice le plus fiable pour mesurer l’état de la bonne gouvernance et qui inclut l’état de la démocratie et des libertés, le Sénégal est toujours dans le TOP 5 derrière l’Ile Maurice, le Botswana, l’Afrique du Sud et le Cap Vert ».

Par contre, oppose le constitutionnaliste, Freedom House, s’attarde sur des faits comme l’empêchement de  candidats à la présidentielle. « Il faut voir que si des candidats ont été éliminés c’est à cause des procédures », dira l’invité de la Tfm.

Il cite le classement sur transparence dans les industries extractives pour dire que le Sénégal est le premier pays en Afrique et le 4e au monde.

Selon Ismaïla Madior Fall, « le Sénégal est une démocratie exceptionnelle , mais un pays sous-développée au plan économique». C’est pourquoi les agences de notation relèvent le « paradoxe sénégalais », ou le multipartisme est consacré depuis les années 70, alors que le pays peine à se développer. Depuis 1978, remonte le constitutionnaliste, le pays de la teranga a tenu 11 élections présidentielles. « Seule la France a fait mieux que nous. En terme de respect des conditions démocratiques, le Sénégal est même devant l’Espagne et le Portugal », ajoute-t-il

« Il existe au Sénégal uns infrastructure démocratique. Et cet édifice, aucun chef d’Etat ne eut le détruire », déduit-il. Il en veut pour preuve : « En 2019, l’opposition n’a pas déposé de recours après la présidentielle, même s’ils ont contesté la réélection du président Macky Sall. Il n’y a eu ni blessé, ni mort. En 2012, il y a eu des contradictions majeures, mais y a eu alternance démocratique. En 2007, malgré la contestation de l’opposition, Abdoulaye Wade avait effectivement remporté le scrutin, même si j’étais pas avec lui ».