NETTALI. COM – Ousmane Sonko ne veut pas que les morts enregistrés durant les manifestations pour sa libération, passent par pertes et profits.

Le député de l’opposition qui considère que les victimes ont été lâchement assassinées, annonce une plainte devant la Cour pénale internationale (CPI). Car, pour lui, il s’agit de crime contre l’humanité. Il exige également l’ouverture d’une enquête judiciaire pour “identifier les auteurs et les traduire en justice. De même, le député réclame “l’identification des nervis”, qualifiés de “milices de Macky Sall” afin qu’ils soient “traqués, arrêtés et livrés à la Justice, eux et leurs commanditaires.

Auparavant, Ousmane Sonko a exigé une réparation pour les victimes, notamment que les blessés, civils comme militaires, bénéficient également d’indemnisations

Il a en outre exigé la libération immédiate et sans condition de la centaine de manifestants et militants de Pastef emprisonnés et qu’il qualifie d’ ” otages politiques”.

Ousmane Sonko a prévenu le Doyen des juges.  

Le président de Pastef promet de respecter cette restriction si le pouvoir ne parle pas du dossier. “J’ai dit au juge Samba Sall que je ne parlerai pas du dossier à condition que le camp du pouvoir ne l’évoque pas puisqu’ils ont l’habitude de le faire dans certains dossiers en donnant des informations à un de leurs journalistes “, a précisé le député de l’opposition .

Pour rappel, le juge d’instruction a pris six mesures restrictives contre Ousmane Sonko. Il s’agit de la confiscation de son passeport, de la demande d’autorisation de sortie du territoire, de la signature au greffe tous les derniers vendredis du mois, de l’obligation de se prêter aux unités d’enquête et à toute expertise et interdiction formelle de communiquer sur le dossier.