NETTALI. COM – Face à la presse, Ousmane Sonko a exigé au Président de se déterminer clairement par rapport au troisième mandat car, il n’est plus question de servir un “ni oui, ni non”.

Plus de ni oui ni non. En 2024, Macky Sall ne sera pas candidat. La révolution est lancée et rien ne pourra l’arrêter. Conduisons cette révolution intelligemment, à son terme, c’est-à-dire en 2024. Mais ne poussons pas le bouchon à aller le déloger au palais, tant que le mandat en cours est valable “, a déclaré le député opposant.

Ousmane Sonko a aussi réclamé la création des conditions pour la tenue d’élections “transparentes”. “Nous exigeons que les élections locales, législatives en 2022, et présidentielle en 2024, se tiennent dans les délais, et avec une autorité consensuelle“, a-t-il martelé, excluant déjà, le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome.

Le leader du parti Pastef / Les Patriotes a aussi plaidé pour “la restitution des droits civiques” de Khalifa Sall et de Karim Wade.