NETTALI.COM – Plus le temps passe, plus les Sénégalais découvrent le vrai visage de Mansour Faye. C’est une face bien hideuse de sa personne qu’il ne cesse de révéler. Se serait-il permis tous ces écarts s’il n’avait pas été le beau-frère du président Sall ? Il aura posé en si peu de temps beaucoup d’actes qui ne l’honorent point. Qui n’honorent d’ailleurs pas trop notre cher président.

Côté gestion aussi, l’on a eu droit à des flops permanents et des déclarations souvent malheureuses. Résultat des courses, il voyage de ministère en ministère ! Des changements étonnants d’ailleurs comme si d’autres Sénégalais ne pouvaient pas assumer ces postes. Après la gestion de l’eau et de l’assainissement, où des résultats appréciables n’ont pas été notés, ce fut le moment de concentrer dans ses bras bien frêles, le Pudc, les forages, les pistes de production, la modernisation des villes, la couverture maladie universelle, les bourses de sécurité familiale, etc. La gestion des vivres de la covid, se révéla être un énorme fiasco. Non seulement, il cassa ce bien bel élan de solidarité et d’union des cœurs qui s’étaient dessinés au sein de la classe politique. Mais sa gestion a été assimilée à une grande nébuleuse. Sa décision de ne pas répondre à l’Ofnac en cas de convocation, suite aux cris d’orfraie d’opposants et d’activistes, une scandaleuse déclaration. Tout simplement.

Au ministère des infrastructures, il ne mettra pas beaucoup de temps pour déraper. Le voilà qui sert une réponse inattendue à ceux qui se plaignent des tarifs du péage. On ne force personne à prendre le péage. Que ceux qui ne sont pas contents, empruntent la nationale. Avis aux râleurs. Une bien belle manière de répondre à ses concitoyens. Avec Mansour Faye, les paroles sèches, abruptes et les menaces n’ont plus de secret. Le manque de sérénité couplé avec une certaine arrogance, rythme ses interventions. Demandez à Babacar Fall, lui qui a eu le toupet de lui demander si l’un des fournisseurs est son ami. Sacré Mansour, il en a commis de bien belles, les gaffes ! Comme par exemple ce débat aussi stérile qu’inutile sur Sonko qui aurait rampé pour avoir une audience auprès du PR. Résultat des courses, le Sénégal s’en est porté bien mieux depuis, suite à cet affrontement par médias interposés !

Sa dernière trouvaille a été ce qu’il y a de plus étonnant. Ressusciter le culte de la personnalité en baptisant une avenue au nom de Macky Sall. Quelle mouche a du bien piquer ce cher Mansour ? Il nous ramène aux années Mobutu. Avec lui, l’on va de surprise en surprise. Macky Sall aurait dû le dissuader. Il ne doit certainement pas être d’accord. Peut-être a-t-il cherché par des moyens détournés, à s’opposer à son très peu inspiré projet pour ne pas l’embarrasser ? Un collectif de plus de cent membres, composé de personnalités de plusieurs domaines, ont en tout cas rappelé au maire Mansour Faye, la place historique de St-Louis. Question de l’amener à suspendre son projet de rebaptiser certaines grandes rues de la ville tricentenaire. Mary Teuw Niane qui a eu le cran de le démonter, est dans le collimateur de certains apéristes.

Il l’a en tout cas bien cherché, ce cher Macky. Ce beau frère bien trop encombrant, il pouvait pourtant bien se passer de ses services. Surtout qu’il ne fait pas beaucoup d’émules. Mais sachant qu’il pleuve ou qu’il vante, notre cher président lui trouvera toujours une bien belle planque, pourquoi devrait-il prendre des précautions ? En république certains erreurs et mélanges de genres se paient cash. Mansour, c’est en tout cas, un bien lourd fardeau à porter finalement et un boulet à traîner jusqu’en 2024. L’expérience de la famille dans les affaires ne sert décidément pas sous nos tropiques.