NETTALI.COM – On est bien loin de l’euphorie de la 1ère vague de la pandémie. Beaucoup avaient même fini d’annoncer la mort du covid au Sénégal. Mais depuis, de l’eau a coulé sous les ponts.

On fait moins le malin. On bombe moins le torse. Le président Sall a lui-même évoqué la catastrophe que serait une seconde vague. Eh bien, on y est. Bel et bien. Diouf Sarr a pris le relai pour alerter et a même menacé d’un éventuel couvre-feu. Le ministre de l’Intérieur est venu donner le coup de grâce en douchant l’enthousiasme de certains pour les fêtes de fin d’année. Il nous a rappelé au souvenir des mesures barrières et l’interdiction des rassemblements dans les plages, les salles de spectacle, les terrains de sport et les espaces publics.  Me Augustin Senghor de la Fédération sénégalaise de football y voit « un arrêt de mort du sport sénégalais ». C’est en tout cas la panique dans l’hémicycle après le décès de Marie Louise Diouf. Mamadou Lamine Diallo est testé positif, des cas sont annoncés et des tests vont suivre pour ceux qui le souhaitent.

Une situation qui fait penser au  vaccin. Il suscite pourtant toujours autant de fantasmes et de psychose. Le ministre de la Santé nous a appris ce jeudi  11 décembre que le Sénégal n’utilisera de vaccin que s’il est homologué par l’OMS. Une affaire de labos et de gros sous pour certains ; pour d’autres, des visées bien obscures contre les Africains !

Le manque de transparence règne toujours en maître au pays d’Ahmadou Bamba, d’El Hadji Malick, de Baye Niasse, de Mame Limamou… Visez l’erreur ! Nous n’avions pas à vrai dire besoin de l’Armp pour savoir que ce n’est pas demain la veille, que la transparence sera de rigueur au Sénégal. Entre la corruption des cols blancs et la petite corruption ambiante que tout le monde constate et vit, c’est une cérémonie d’exorcisme qu’il faut. Un lavage à grande Seck et bien blanc ! Un changement de système tout simplement. Le lexique pour justifier la corruption est d’ailleurs bien fourni en la matière.  Entre les notions de “téranga keen dou ko deloo” (l’honneur ne se refuse pas), le prix de la cola, etc. Et il est imparable. Ces futés de Sénégalais qui vont tous à la mosquée le vendredi et à l’église, le dimanche, ont trouvé la parade pour faire passer plus facilement la pilule. Sacré pays de dialogue !

Toujours est-il que les publications les rapports de l’Armp se suivent et se ressemblent. Des services de l’administration, des ministères et des directions générales sont passés sous le rouleau compresseur de l’Armp. Bravo Saer, il doit s’être fait beaucoup d’ennemis en l’espace d’une matinée pour avoir enlevé le voile de « soutoura » de beaucoup de dirigeants politiques, comme d’entreprises publiques. Mais le Sénégal est ce pays des hommes vaccinés contre beaucoup de choses au point qu’on a cru que les Sénégalais l’étaient même contre le covid. Ils vont faire le dos rond, le temps que les journaux s’amusent à les démonter. Leur capacité de résilience est à ce point infinie.

L’intrigant Mahmoud Saleh n’en finit pas d’être assailli par cette histoire de diplômes et de capacité à occuper son poste de dircab. Yakham, le pompier de l’Apr est sorti des bois pour voler à son secours. Il a traité d’insolents et d’indisciplinés ceux qui ont osé s’attaquer au décret du président. Il s’est  même attaqué aux 5 décrets de nomination de Mame Mbaye Niang, question de lui dire qu’il était un privilégié alors qu’il n’a pas plus mouillé le maillot que d’autres qui étaient là au début du commencement. Bien naïf ce jeune loup du maquis pour ne pas s’être rendu compte, qu’avec Macky, les  mouchoirs, ça finit toujours à la poubelle. Le comportement du prési est dicté par une histoire de contexte politique qui d’ailleurs, a appelé à une recomposition politique. Khalifa a rencontré Sonko dernièrement ; la coalition Jotna s’est alliée avec le Crd des Abdoul Mbaye, Mamadou Lamine Diallo et Thierno Alassane et autres. Pour l’organisation des locales, ce n’est pas en tout cas demain la veille. La patate chaude a été tout simplement refilée à la commission politique du dialogue national.  Qu’est-ce qu’ils sont bons en ruse, ces politiques ! Ils décident de tout, du début à la fin de leur mandat. Sacrés figurants d’administrés !

Il est peut-être temps que Pape Cheikh Diallo parle moins. On ne s’improvise pas humoriste. On ne peut pas rire de tout en plus. Cela nous prémunirait définitivement contre ses stupidités qu’il nous a sorti récemment, alors qu’il était en plus question de racisme contre un Noir.