NETTALI. COM – Le conseil d’administration du Forum civil a tenu un atelier du 4 au 6 décembre 2020 à Saly. Organisé sous le thème «la mise en œuvre de la convention de l’Union africaine de prévention et de lutte contre la corruption », l’actualité nationale a été abordée.

En marge de l’atelier national de formation de ses membres sur la convention de l’Union africaine de prévention et de lutte contre la Corruption, le conseil d’administration, a évoqué certaines questions liées à l’actualité nationale. A cet effet, Birahim Seck et ses collaborateurs ont demandé au gouvernement d’organiser «les élections départementales et municipales pour mettre un terme à la confiscation inacceptable de la souveraineté du peuple et à la violation continue du calendrier républicain, face à l’idée agitée de les repousser jusqu’en 2022 ».

Outre la question électorale, le Forum civil invite l’État à «veiller à la commercialisation des produits arachidiers, à maintenir l’équilibre entre une juste rémunération du paysan et la préservation du tissu industriel ».

Birahim Seck et ses camarades exhortent aussi l’Etat à prendre les mesures urgentes, en relation avec les concessionnaires (Sen’eau, Aquatech, Seo, Flexeau et autres), « afin de résoudre le problème crucial de la distribution de l’eau aussi bien en milieu urbain que dans le monde rural, notamment Mbacké, Sibassor, Mboro, Keur Moussa ».

Il se sont en outre prononcés sur le débat lié à une éventuelle amnistie pour Karim Wade et Khalifa Sall. Et c’est pour  demander d’éviter « toute utilisation des prérogatives du Président de la République ou de l’Assemblée nationale dans le sens de soustraire des personnes de leur obligation de reddition de comptes avec la question agitée de l’adoption d’une loi d’amnistie ».

Le Forum civil demande ainsi au gouvernement de « promouvoir la transparence dans la gestion du secteur de la pêche et préserver la ressource halieutique pour une viabilité de la pêche artisanale ».

Il a également invité le Gouvernement à « prendre les mesures idoines pour freiner la migration irrégulière et évaluer les politiques publiques dédiées à l’emploi des jeunes ».