NETTALI.COM – Le revoilà Ismaël Madior ou plus exactement celui qui s’est taillé la réputation de « tailleur constitutionnel ». Il commençait à bien s’ennuyer dans les placards du palais où le président le garde bien au frais. L’homme a subitement réapparu. Pas n’importe où, mais dans les colonnes du journal « Enquête ». Là où il avait fait sa fameuse déclaration sur le 3ème mandat de Macky Sall avec son fameux « en principe », nuançant du coup sa position sur ce mandat ô combien polémique. Tel, le désormais très nuancé Idrissa Seck.

En mission commandée pour préparer le terrain en vue d’un report des locales et législatives ? Ou besoin de se signaler tout simplement ? Madior a en tout cas prétendu être venu apporter sa « valeur ajoutée » dans le débat ! Il en a encore dit des choses ce cher Ismaël. L’on ignorait par exemple que le calendrier électoral se respectait au gré des humeurs politiques ! Le sieur Fall nous a en effet appris que « le report de ces Locales, tout le monde le sait, est lié au dialogue national dont la mise en œuvre de certaines conclusions comme l’audit du fichier et l’évaluation du processus électoral,… ». Il s’est même demandé s’il y avait vraiment un « calendrier électoral idéal ». Il nous a également expliqué qu’il existait des schémas dans une logique de couplage ou de déconnexion des élections, chaque schéma ayant ses avantages et ses inconvénients. En somme de la « valeur ajoutée », version conseiller-politicien, habitué aux contorsions.

Ismaël s’est même aventuré à nous dire que c’est la seule élection (Présidentielle de 2019) de l’histoire du Sénégal qui s’est dénouée au premier tour sans contestation devant le juge électoral, ajoutant même que « la contestation du fichier électoral, c’est une sorte d’arlésienne toujours, vice toujours évoqué, mais jamais prouvé. » C’est peut-être vrai, mais dans ses rêves.  Qu’il demande à Idrissa Cese son opinion sur les résultats de la présidentielle passée et sur le fichier, lui qui n’a reconnu que récemment Macky comme président. Mara sera de toute façon tout aussi nuancé que Madior, sinon même plus, maintenant qu’il a enfin reconnu Macky Sall comme président, après qu’il lui a taillé un budget sur mesure, bien gras et majoré en plus. En ces temps d’émigration clandestine et de crise de l’emploi pour les jeunes, il faut vraiment pouvoir le faire ! Il doit en tout cas être aux anges ce cher Idy.

La fiesta pouvait bien commencer si ce n’était cet emmerdeur de député de Déthié Fall qui cherche à cracher dans la soupe en s’attaquant à la vision de Macky qui devrait désormais dépasser Diamniadio. Bizarre que le député rewmiste se mette en ce moment même d’idylle machiavélique à la Var ! Sacrilège, il a osé rappeler au président Seck ses propos d’hier. « La plupart de nos jeunes disparaissent en mer par désespoir de cause. Et pourtant, vous (ndlr- au ministre de l’agriculture) avez une partie de la solution entre vos mains. Mais cela implique que, désormais, la vision du président de la République dépasse, enfin, Diamnadio pour rejoindre la vallée du fleuve Sénégal, les quais de l’Anambé. », a osé dire celui-là.

Toujours est-il que ce cher Madior ne cessera jamais de nous étonner. Il nous a en tout cas bien mis dans la merde après avoir créé tout ce vacarme sur le 3ème mandat. Les textes auraient été clairs et sans équivoque qu’on n’aurait pas eu tous ces deals et pertes de temps énormes pour nos économies si fragiles et au bord de la récession.

Joe Biden lui peut sourire. Cet emmerdeur de Trump a donné son feu vert, même s’il crie toujours à la fraude. Une acceptation de la défaite en douceur comme d’ailleurs la transition qui va, elle aussi s’opérer doucement.

L’intrigant Mahmout Saleh, le tout nouveau dircab politique, est à la manœuvre pour chapeauter un autre machin de communication du palais. Mambaye Niang, le chef de cabinet du Président a démenti l’existence d’une réunion dédiée à cette plateforme même si Birame Faye prétend avoir été nommé coordonnateur. Bref des intrigues et des intrigues. Toujours et toujours au palais pour un gouvernement qui semble bien aux abois, n’ayant pas encore trouvé la formule magique pour parler aux Sénégalais.

Ce machin d’oral des ministres, cette autre trouvaille, sous la forme de la pléthore d’intervenants sous laquelle, elle veut se faire, ne viendra que rajouter à la cacophonie de l’armée mexicaine de Macky et lui créer davantage de soucis. L’occupation du terrain et des esprits, demande un peu plus d’actions, de transparence et moins d’attitudes défensives.

Ismaël Madior n’a pas réapparu par hasard. Mais, il devrait moins parler de droit constitutionnel, pensant détenir une parole sacrée en la matière. Il y a d’ailleurs bien longtemps qu’il a déserté le terrain scientifique et la fac pour camper sur le terrain politique. C’est n’est nullement un hasard s’il veut  être candidat à Rufisque. A condition que se dégage bien sûr de ces concertations, comme il l’a si bien dit, une masse critique d’acteurs politiques et sociaux qui soutienne  sa candidature. Nous sommes vraiment mal barrés avec ces politiciens.