NETTALI.COM  – On en sait un peu plus sur les termes du deal qui a conduit Idrissa Seck à rallier le camp du pouvoir. Et c’est le président du Cese, lui-même, qui fait les révélations.

Moustapha Diakhaté avait été le premier à le dire. Et Idrissa Seck vient de le confirmer. Dans le schéma des “retrouvailles” entre le président de la République et le patron du parti Rewmi, il n’était pas prévu que Seck rallie le camp du pouvoir. Il devait en effet rester dans l’opposition pour en incarner le statut de chef. “D’ailleurs, révèle une source, Idrissa Seck avait, lui-même, écrit le texte qui devait être présenté à l’Assemblée nationale pour matérialiser le statut de chef de l’opposition.”

Mais qu’est-ce qui a donc changé pour que l’ancien Premier ministre accepte que son parti entre dans le gouvernement et qu’il devienne, lui-même, président du Conseil économique, social et environnemental (Cese)? “Macky m’a demandé de laisser tomber cette histoire de chef de l’opposition“, se contente de dire Idrissa Seck.

Toutefois, des sources renseignent qu'”après l’avoir sorti de ses soucis financiers, le chef de l’Etat a pensé qu’il était plus sûr d’avoir Idrissa Seck dans son camp afin de pouvoir le contrôler“. “Être chef de l’opposition lui aurait permis d’avoir des moyens et de garder sa liberté“, confie un de nos interlocuteurs. Un risque que Macky Sall n’a pas voulu prendre. Aussi a-t-il “proposé” à son nouvel allié d’intégrer la mouvance présidentielle et devenir président du Cese.