NETTALI.COM – Le bilan de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim) faisant état de 140 Sénégalais morts en mer, est contraire à la réalité. C’est du moins la position du ministre secrétaire général du gouvernement, Abdoulatif Coulibaly qui dénonce de la légèreté dans la démarche de l’agence Onusienne.

Invité de l’émission “Grand Jury” de ce dimanche 15 novembre, Abdou Latif Coulibaly n’est pas d’accord avec l’Organisation internationale pour les migrations (Oim) qui a annoncé le mois dernier, la mort de 140 personnes, à la suite du naufrage d’une embarcation transportant environ 200 migrants au large des côtes sénégalaises.

L’Oim n’est pas en mesure de décompter et de dire voilà le nombre de partants et le nombre de morts. C’est tout à fait normal et logique que dans toutes les embarcations de cette nature, il faut un manifeste de bord pour savoir le nombre de personnes qui est à l’intérieur. L’Oim n’a aucune base de certification“, a laissé entendre le ministre secrétaire général du gouvernement.

Cette organisation utilise tout le temps les moyens de l’Etat  parce qu’elle ne dispose pas de moyens pour faire ce genre d’investigations“, insiste-il.

A la question de savoir si l’Onu a fait preuve de légèreté, le ministre répond sans ambages. “Oui comme il l’a souvent fait, l’Onu a fait preuve de beaucoup de légèreté dans ce cas. Je l’assume “, dénonce l’hôte de Babacar Fall.

Concernant le litige qui oppose les écoles privées aux parents d’élèves, Abdou Latif Coulibaly invite ces derniers a prendre leurs responsabilités. Car dit-il, il n’appartient pas à l’Etat de dire aux parents d’élèves s’ils doivent ou non s’acquitter du paiement des mois d’avril, mai et  juin.