NETTALI.COM – Cellou Dalein Diallo rejette les résultats de l’élection présidentielle. Dans une déclaration, il parle de “faux résultats” et invite les Guinéens à défendre leurs suffrages par tous les moyens légaux.

La Cour constitutionnelle guinéenne a publié ce samedi 7 novembre 2020 les résultats définitifs de la Présidentielle du 18 octobre dernier. La Cour juge les recours “mal fondés”, déclare “régulier” le scrutin et affirme que Alpha Condé “a recueilli 2.438.815 voix, soit 59,50%, supérieurs à la majorité absolue”. Par conséquent, le Président sortant est réélu puisque son principal adversaire, Cellou Dalein Diallo a obtenu 33,5% des suffrages, selon les chiffres officiels.
L’opposant guinéen rejette ce résultat non sans se déclarer vainqueur. “J’ai gagné cette élection grâce à votre confiance et je vous invite à défendre vos suffrages par tous les moyens légaux“, dit-il dans une déclaration. Il précise que cet appel s’adresse également à tous les Guinéens épris de justice et de démocratie, notamment ceux qui sont opposés au troisième mandat.

En fait, le leader de l’opposition guinéenne semble ne pas pas être surpris. “Comme nous nous y attendions tous, la Cour constitutionnelle a lamentablement manqué le rendez-vous qu’elle avait avec un moment décisif de l’histoire de notre pays : la proclamation des vrais résultats de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020“, soutient-il. Et d’ajouter à l’endroit des juges constitutionnels : “En déclarant Alpha Condé vainqueur de cette élection, les membres de cette haute juridiction de notre pays ont préféré se mettre au service d’un homme et de ses ambitions plutôt que de respecter leur serment et de défendre le droit et la vérité des urnes.”

Aussi se dit-il convaincu de la défaite de son adversaire. Car, argue-t-il, “l’Ufdg et l’Anad ont mené une campagne exemplaire et ont travaillé pour réunir les preuves irréfutables de notre victoire à cette élection“. “En tant que républicains, poursuit M. Diallo, nous avons fait recours à la Cour constitutionnelle en espérant qu’un sursaut patriotique aurait permis à ses membres de statuer en toute indépendance et de dire le droit“. “Malheureusement, ça n’a pas été le cas” se désole-t-il tout en accusant la Cour Constitutionnelle d’avoir confirmé les faux résultats proclamés par la Ceni, le 24 octobre 2020.

Par conséquent, l’opposant considère qu'”accepter cette décision revient à se rendre complices de l’assassinat de la démocratie et de l’État de droit dans notre pays“, d’une part. D’autre part, c’est “admettre que le pouvoir ne s’obtient dans notre pays que par la ruse et par la force et non dans les urnes“. Il pense également que l’acceptation des résultats revient aussi à renoncer à la conviction qu’un processus transparent, juste et équitable est le meilleur moyen d’accéder au pouvoir.

Pour finir, Cellou Dalein Diallo, signale que “c’est pourquoi l’Ufdg et l’Anad, profondément attachées au respect des règles et des principes de la démocratie et de l’État de droit, rejettent catégoriquement les faux résultats de l’élection présidentielle du 18 octobre proclamés par la Ceni et validés par la Cour constitutionnelle“.