NETTALI. COM- Un activiste guinéen, arrêté à Kigali avec un faux passeport sénégalais, a été condamné, par le juge des flagrants délits de Dakar à 6 mois dont 1 mois ferme. Mouhamed Soumah, c’est son nom, a été reconnu coupable de complicité de faux et d’usage de faux dans un document administratif.

Né en 1982 en Guinée, l’activiste s’est fait établir un faux extrait de naissance le déclarant à Thiaroye. Il a cherché à se justifier en déclarant avoir laissé tous ses documents en Guinée du fait de la persécution dont il est victime. Par conséquent, il a payé 100 mille francs CFA à un certain Abdoulaye Barry pour la confection d’un extrait de naissance sénégalais. « Je mène un combat noble pour dénoncer les dérives du gouvernement guinéen. J’ai utilisé l’extrait de naissance de ma mère qui est sénégalaise pour m’établir des papiers sénégalais. Je fais ça juste pour sauver ma peau. Je ne suis pas né au Sénégal. Je vous présente toutes mes excuses »,  s’est justifié l’activiste.

Après ses aveux, la présidente l’a sermonné en ces termes : « Croyez-vous que notre Etat est défaillant au point de permettre à un étranger d’avoir une carte d’identité nationale sénégalaise et un passeport avec un extrait fictif ?».

Le parquet a requis l’application de la loi. Le conseil du prévenu a plaidé l’application bienveillante de la loi en expliquant que son client est un parent proche d’un général de l’armée guinéenne qui n’est pas en bons termes avec Alpha Condé. « Retourner en Guinée serait son arrêt de mort », a argumenté l’avocat.

Après délibéré, le tribunal a relaxé l’activiste du délit d’escroquerie et a disqualifié le faux en complicité.