NETTALI. COM-L’affaire Dié Maty Fall divise le Bureau exécutif national du Synpics qui a conjointement sorti un communiqué avec la CJRS pour défendre la journaliste et la Section/Synpics du Soleil. Celle-ci dénonce une immixtion.

Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) et la Convention des Jeunes reporters du Sénégal ont, conjointement, fait un communiqué de presse pour défendre la journaliste Dié Maty Fall, mise à pied pour 7 jours par la Direction générale du Soleil.

Les deux entités de la presse estiment, dans le communiqué, que la décision prise à l’encontre de la journaliste suite à une demande d’explication est « surprenante, avilissante et disproportionnée en ce qu’elle sanctionne dans les faits, un retard de 30 minutes à une réunion de rédaction et le refus de l’intéressé de couvrir l’actualité politique nationale, malgré l’invocation de la clause de conscience ».

En effet, le Synpics et la CJRS pensent que Dié Maty Fall, porte-parole adjointe du Parti socialiste et membre par extension de la coalition politique Benno Bokk Yakkar, est dans son droit éthique de ne pas traiter de l’actualité politique nationale si cela heurte sa conscience. Ainsi, les deux entités des journalistes dénoncent cette décision en ce qu’elle dénie, selon elles, au journaliste sa liberté de conscience qui est centrale dans l’exercice du métier.

Cependant, cette sortie de ces deux organisations de la presse n’est pas appréciée par la Section/Synpics Soleil. Elle n’a pas perdu de temps pour recadrer le Synpics national et la CJRS à cause de leur communiqué qui « viole allégrement les prérogatives de la section/Synpics du Soleil ».

« Nous sommes au regret de noter une immixtion à outrance du BEN du Synpics dans les affaires de la Section/ Soleil. Il est hors de question que le Ben du Synpics nous supplée avant qu’il ne soit saisi par nos soins », recadre le Syndicat du Soleil qui rappelle que leur section a toujours assumé sa mission en essayant de régler les problèmes auxquels elle est confrontée en toute responsabilité et dans la sérénité.

C’est pourquoi, fulmine-t-on dans le communiqué : « Nous appelons au Ben a se ressaisir et à cesser ces abus, car les missions de chaque entité sont clairement définies et bien précises ». Mieux ajoute-t-on dans le communiqué « personne, mieux que le bureau de la section Synpics/le Soleil n’est à même de porter le combat pour l’amélioration des conditions de travail et le respect scrupuleux des travailleurs de notre entreprise ».

La section/Synpics du Soleil rassure qu’elle travaille pour qu’une solution définitive soit trouvée dans cette affaire.