NETTALI.COM – Le projet agricole Quality Fruity Senegal, développé depuis 4 ans à Mont-Rolland, sur une superficie de 300 ha, ne fait toujours pas l’unanimité dans lacommune. Même si les premières productions ont débuté cette année, le front du non réclame son arrêt.

Affectée par une crise alimentaire sans précédent, la commune de Mont-Rolland, qui compte 18 villages, se relève difficilement. Jadis terre d’agriculteurs, la production y est quasiment au point mort. Mais, avec l’arrivée du projet agricole dénommé Quality Fruity Senegal, la donne est en train de changer, avec des productions record estimées, cette année, à plus de 500 tonnes sur toutes les variétés.

Sur une superficie de 300 hectares, on cultive de l’oignon, du haricot vert, de la tomate fraîche… Il en sera ainsi pendant 35 ans. Aujourd’hui, ledit projet, qui a fait embaucher plus de 100 personnes, en plus des contractuels, est considéré par les Montronllandais comme la voie du salut. Toutes ces personnes sont de Mont-Rolland et sont salariées. Cependant, il y a une frange de la communauté qui n’est pas du tout d’accord et réclame l’arrêt immédiat du projet.

Depuis le démarrage de l’affaire, ils ont toujours manifesté leur désaccord. Pour eux, investir sur leurs terres pour une durée de 35 ans ne leur est pas bénéfique. Ils se sont battus pour récupérer 50 hectares sur les 350 initialement prévus pour le projet. La semaine dernière, le camp du non a encore pris d’assaut la mairie de Mont-Rolland pour demander au maire Yves Lamine Ciss qui, avec son conseil ont accepté le projet, de faire cesser les activités de maraîchage sur les terres de Ndiaye Bopp, Loukhouss, Fouloume et Fouloune. Ce jour-là, n’eût été l’intervention des éléments de la gendarmerie, un incident regrettable se serait peut-être produit.

L’année dernière, à la même période, un partisan du camp du oui a été légèrement blessé dans les mêmes champs. La gendarmerie était encore là pour éviter que le pire ne se produise dans les plantations situées derrière le village de Ndiaye Bopp. La tension est encore palpable des deux côtés. Outre l’arrêt du projet, le front du non réclame la construction d’une piste de production, pour pouvoir accéder à leurs champs. Mais à une seule condition que celle-ci passe par la partie du camp du oui. Ce que ne veut pas entendre la partie concernée. Dans ces champs, la bataille est loin d’être terminée.

 Fixer les jeunes à Mont-Rolland                                 

Mais pour le porte-parole du camp du oui qui a accepté de céder gracieusement leurs 300 hectares pour le compte du projet, il est “impensable d’abandonner et de laisser filer cette aubaine’’. De plus, précise-t-il, ses camarades et lui sont au terme de leur toute première campagne et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. “Ceux-là qui refusent d’adhérer au projet veulent qu’on l’arrête. Je pense qu’ils se trompent lourdement, parce que nous avons dépassé cette étape depuis très longtemps. Au début, nous avions prévu, en tout, 350 ha pour ce projet. Mais ils ont refusé de se joindre à nous. Ils sont dans leur droit. Donc, ils n’ont rien à nous reprocher, parce que c’est nous qui avons décidé de céder nos terres. Personne ne peut arrêter ce projet. C’est trop tard. Qu’ils s’occupent de leurs terres et nous laissent travailler tranquillement’’, a appelé Assane Mbengue.

Poursuivant, le notable de Ndiaye Bopp soutient que Quality Fruity Senegal est un projet structurant qui est lancé pour endiguer la crise alimentaire qui sévit dans leur localité depuis des décennies, et qui est toujours en cours. Né à Ndiaye Bopp il y a 61 ans, Assane Mbengue rappelle que si les populations de MontRolland n’ont pas ressenti les conséquences négatives de la Covid-19, c’est parce qu’elles trouvent leur compte dans ce “projet viable’’. Le plus important, dit-on, c’est qu’il y a des jeunes et des femmes qui gagnent 90 000, 160 000, 250 000, 300, 400 000, voire 450 000 F CFA par mois. Fixer les jeunes de Mont-Rolland et lutter contre l’exode rural, c’est l’objectif phare d’un tel projet. Mais un projet dont la pertinence a du mal à convaincre tout le monde.

Nous avons essayé de joindre le camp du non, en vain.

ENQUETE