NETTALI.COM – Si officiellement le Sénégal compte 335 cas confirmés depuis le début de la pandémie, les personnes mises en quarantaine et qui sont suivies sont près de 3.000.  Une vingtaine d’hôtels ont été réquisitionnés à travers le pays pour les reloger.

«Nous avons 2951 personnes qui ont été confinées, compte non tenu de certaines localités comme Ziguinchor, Vélingara, Thiès, Popenguine, Mbour. Ça dépasse largement les 2951. Nous sommes en train d’appeler ces sites pour avoir les chiffres exacts afin de pouvoir mettre à jour le total. A Dakar, on a à peu près 10 à 12 hôtels. Dans certaines régions, ce ne sont pas des hôtels, mais des centres. A Louga, il y a cinq sites. A Kédougou, c’est un site. Dans la région de Thiès, trois sites. A Ziguinchor, deux sites. A Kaolack, c’est un seul site. A Kaffrine, ce sont des gens qui sont complètement isolés, mais qui ne sont pas dans un site hôtelier, ce sont à peu près 64 personnes qui reviennent de voyage», informe le Dr Arame Top Sène de la Directrice de l’Action sociale du ministère de la Santé et de l’Action sociale.

La région de Tambacounda, avec Goudiry, compte le plus de personnes confinées. Là-bas, 1851 personnes ont été confinées, compte tenu des nouveaux cas signalés mercredi. «On prévoit 500 nouveaux cas qui doivent être confinés dans les prochains jours», informe-t-elle.

Pour le financement de toute cette opération, elle explique que le premier plan initial est d’un montant de 1, 4 milliard FCfa, entièrement financé par le gouvernement du Sénégal. «Le Président en a parlé un peu partout. Après, il y a eu d’autres financements de bailleurs et de l’Action sociale aussi. Mais à chaque fois que le besoin se fait sentir, nous avons la possibilité de faire une requête au niveau de notre Dage, sur instruction du ministre (de la Santé), il nous accorde un virement par rapport à nos besoins. En général, ça ne tarde pas et s’il y a un petit peu de retard, nous prenons sur le budget de l’Action sociale pour ne pas faire attendre les gens, parce que nous ne voulons pas que les personnes confinées se plaignent. Nous faisons en sorte qu’il n’y ait pas de rupture dans la prise en charge alimentaire », explique-t-elle..